12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Lakhdar Rakhroukh, ministre des Travaux publics et de l’Hydraulique à propos des barrages : «Le taux de remplissage a diminué par rapport à l’année précédente»

«Le taux de remplissage des barrages est de 32 %, alors qu’il était auparavant à 37 %. Il a donc diminué de 5 % par rapport à l’année précédente», a indiqué, hier, le ministre des Travaux publics, de l’Hydraulique et des Infrastructures de base, Lakhdar Rakhroukh, qui a lancé un appel aux citoyens pour une utilisation rationnelle de l’eau.

Par Thinhinane Khouchi

Présidant une rencontre avec les cadres du secteur au siège du ministère, le ministre des Travaux publics, de l’Hydraulique et des Infrastructures de base a indiqué que «cette année, le taux de remplissage des barrages a diminué de 5 % par rapport à l’année précédente», rassurant que «toutes les mesures ont été prises pour l’approvisionnement en eau potable, d’autant plus que nous sommes au début de la saison hivernale». Rakhroukh a expliqué que «le taux de remplissage des barrages a atteint 32 % et que ceux situés dans les wilayas de l’Est sont plus remplis par rapport à ceux des wilayas de l’Ouest, compte tenu de la répartition des pluies». «Avec la réhabilitation des stations de dessalement de l’eau de mer et des puits de forage, cela n’affectera pas la distribution de l’eau potable», a-t-il souligné. Le ministre a expliqué que «les eaux des barrages sont destinées aux régions de l’intérieur et aux Hauts-Plateaux». Pour les wilayas côtières, l’eau de mer dessalée sera utilisée afin d’équilibrer et de maintenir l’approvisionnement en eau pour les citoyens. «Les eaux usées sont estimées à un milliard de mètres cubes par an, et jusqu’à présent, nous utilisons de petites quantités», a souligné le ministre, affirmant que «les systèmes de canaux qui passent directement aux usines de filtration des eaux usées seront renforcés». Par ailleurs, Rakhroukh a tenu à rassurer les citoyens sur la disponibilité de l’eau durant le ramadhan. En effet, à propos du programme de distribution de l’eau potable durant ce mois, Lakhdar Rakhroukh a révélé que «les autorités se sont engagées à fournir régulièrement de l’eau potable pendant le ramadhan, et que la diminution du remplissage des barrages n’affectera pas les citoyens». Il a expliqué qu’«avec la baisse des pluies, nous avons demandé la préparation d’un programme d’urgence supplémentaire afin de se préparer pour le mois de ramadhan et la saison estivale 2023». Rakhroukh a fait référence au programme national pour le dessalement de l’eau de mer, qui permettra d’approvisionner 150 km des centres-villes pour couvrir 80 % des besoins en eau potable. Il a révélé, dans le même contexte, que le programme de distribution d’eau pour le mois de ramadhan au niveau de la wilaya d’Alger se fera en deux phases et selon le réseau. «Ce sera 50 % de distribution quotidienne et 50 % de distribution jour par jour», a indiqué le ministre. Par ailleurs, Rakhroukh a indiqué que «la wilaya d’Alger va bénéficier de l’eau dessalée, et l’eau des barrages sera laissée pour être distribuée au reste des autres wilayas qui ne bénéficient pas de l’eau de mer». Il a souligné que «18 % de l’eau potable provient de l’eau de mer», ajoutant qu’«à court terme, 40 % de la population seront alimentés en eau de mer, et nous projetons de couvrir 60 % de la population». Le ministre a souligné que «la quantité sera suffisante pour couvrir l’eau potable distribuée afin d’équilibrer les eaux souterraines et celles des barrages». Enfin, le ministre a rassuré que «la réhabilitation des stations de dessalement de l’eau de mer dans la capitale et le lancement d’une nouvelle usine compenseront le manque de barrages dans d’autres wilayas». En outre, le ministre des Travaux publics a souligné la nécessité de préserver l’eau en tant que ressource rare et de l’utiliser de manière rationnelle. En effet, le ministre a lancé un appel aux citoyens pour une utilisation rationnelle de l’eau, soulignant que le taux d’utilisation de l’eau en Algérie ne diffère pas du taux d’utilisation dans les pays à eau abondante, ce qui n’est pas négligeable. Il a précisé que le ministère procédera dans un premier temps à une phase de sensibilisation. Toutefois, la dissuasion sera de mise en cas d’utilisation irrationnelle, aveugle et sans réserve de l’eau, par l’application de la loi qui prévoit des peines sous forme d’amendes, soulignant que jusqu’à présent «nous n’avons pas eu recours à cette mesure».
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img