32.9 C
Alger
vendredi 12 août 2022

La rentrée scolaire aura bien lieu le 2 janvier: Une reprise sous une double menace, Covid et grève

La rentrée scolaire aura bien lieu le 2 janvier et ne sera pas décalée. Ce second trimestre risque de connaître des perturbations vu la hausse des cas de contamination par le Covid-19, mais aussi la menace de grève des syndicats de l’Education, notamment le Cnapeste.
Si le premier trimestre de cette année scolaire en cours a connu quelques perturbations dans certains établissements seulement, à savoir des contaminations par le Covid-19 et des grèves, ce deuxième trimestre risque de subir des perturbations plus importantes. En effet, l’Algérie fait face à une hausse des cas de contamination au Covid-19, avec 335 nouveaux cas recensés ces dernières 24 heures contre 293 nouvelles infections lundi dernier. Cette hausse survient avec la détection des premiers cas du nouveau variant Omicron en Algérie. Le virus risque de se propager dans le milieu scolaire durant le deuxième trimestre. En effet, le ministre de l’Aducation a décidé de maintenir la date de la reprise, malgré la menace du Covid-19. Pour faire face à ce danger inévitable, le ministre de l’Education nationale tente une troisième campagne de vaccination contre le Covid-19 en faveur du personnel de l’Education, à partir du premier jour de la reprise, à savoir le 2 janvier prochain. Selon le département de Belabed, «il a été décidé, en coordination avec le ministère de la Santé, l’organisation d’une troisième campagne de vaccination, du 2 au 13 janvier 2022». Le ministre a également appelé à «la prise en charge des préoccupations soulevées, dans l’objectif de garantir la sécurité sanitaire des élèves et des fonctionnaires du secteur». En outre, ce deuxième trimestre risque également de connaître des mouvements de protestation à l’image du premier trimestre. En effet, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a décidé d’enclencher une grève de deux jours depuis le 2 novembre. Et si le taux de suivi était mitigé, plusieurs établissements ont connu un retard dans la finalisation du programme prévu pour le premier trimestre. Par ailleurs, au terme du premier trimestre, plusieurs enseignants grévistes des trois cycles n’ont pas remis à l’administration les notes et les moyennes des élèves des examens du premier trimestre. Ils ont boycotté les activités administratives, à savoir les conseils de classe et la remise des bulletins aux parents. Le Cnapeste qui demande une revalorisation salariale des travailleurs dans le secteur de l’Education et exige une réponse favorablement à la revendication principale des travailleurs, qui est la protection de leur pouvoir d’achat, compte reconduire son mouvement de grève de deux jours durant ce deuxième trimestre. Réagissant à ces menaces de grève notamment brandies par le Cnapeste, le ministre de l’Education avait indiqué : «Nous prendrons en charge les préoccupations et les revendications du partenaire social conformément aux lois en vigueur». Belabed avait également assuré que «les portes du ministère restent ouvertes afin d’aborder et d’écouter attentivement les préoccupations du partenaire social. Nous travaillerons sans relâche et avec une grande détermination pour prendre en charge et résoudre les problèmes présentés par les partenaires sociaux».
Thinhinane Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img