24.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

La police a récupéré le téléphone portable de Djamel Bensmaïl : «Des informations étonnantes sur les véritables mobiles du meurtre»

L’enquête sur l’assassinat de Djamel Bensmaïl à Larbaâ Nath Irathen (Tizi Ouzou) se poursuit et de nouveaux éléments ont été découverts par la police nationale.

Par Aomar Fekrache

En fait, les services spécialisés de la Sûreté nationale, utilisant des techniques modernes, ont pu récupérer le téléphone portable de la victime. L’exploitation de l’appareil a permis aux enquêteurs de découvrir des «informations étonnantes sur les véritables mobiles du meurtre du jeune Djamel Bensmaïl, qui seront révélées par la justice ultérieurement en raison du secret de l’instruction», a indiqué, hier, la Direction générale de la Sûreté nationale dans un communiqué.
La même source a également fait savoir que l’enquête a permis de «découvrir qu’un réseau criminel, classé comme organisation terroriste, est derrière le plan ignoble, de l’aveu de ses membres arrêtés».
La Sûreté nationale a indiqué aussi que 25 autres suspects dans cette affaire ont été arrêtés.
Les services spécialisés de la Sûreté nationale ont procédé «en un temps record» à l’arrestation de «25 autres suspects, en état de fuite dans plusieurs wilayas du pays», a indiqué le communiqué de la DGSN. Il s’agit, entre autres, de «deux individus arrêtés par les services de sûreté de la wilaya d’Oran, alors qu’ils s’apprêtaient à quitter le territoire national».
La même source a précisé que l’enquête préliminaire diligentée par les services compétents de la Sûreté nationale avait permis, à ce jour, «l’arrestation, au total, de 61 suspects impliqués à différents degrés dans l’homicide, l’immolation et la mutilation d’un cadavre, la destruction de biens et la violation d’un siège de police».
Le lynchage et le meurtre du jeune Djamel Bensmaïl a choqué l’Algérie et continue de susciter une large vague d’indignation que ce soit de la part de simples citoyens, que d’organisations et de partis politiques. Sur les réseaux sociaux ce crime barbare et inhumain continue d’être dénoncé, à travers des posts rendant hommage à la victime et d’autres qui réclament que toutes les personnes ayant participé à ce meurtre soient traduites en justice.
Dimanche dernier, le directeur de la Police judiciaire à la DGSN, Mohamed Chakour, lors d’une conférence de presse, avait affirmé l’arrestation de 36 mis en cause dont 3 femmes, impliqués dans l’assassinat du jeune Djamel Bensmail.
Parmi les individus arrêtés «figurent la personne qui a poignardé la victime et la femme qui appelait et incitait à brûler la dépouille».
M. Chakour avait précisé que les policiers qui transportaient la victime à bord du véhicule de police «ont évité les tirs de sommation pour écarter tout dérapage sécuritaire dangereux, que certaines parties connues pour leur hostilité envers l’Algérie auraient exploité pour déstabiliser le pays». «Le non-recours aux tirs de sommation intervenait en application des instructions du Haut commandement», a-t-il expliqué.
Nouveaux aveux d’autres mis en cause arrêtés
Par ailleurs, la Direction générale de la sûreté nationale a diffusé, hier, une nouvelle vidéo comprenant les aveux de nouveaux mis en cause arrêtés dans le cadre de l’affaire de l’assassinat de Djamel Bensmail. Il s’agit de témoignages de plusieurs individus dont l’implication a été établie par des preuves scientifiques et techniques, parmi lesquels se trouvaient des membres de l’organisation terroriste MAK. Ils ont avoué avoir frappé la victime avant de la traîner, tuer, brûler puis mutiler au niveau la place du martyr Abane Ramadane, au centre-ville de Larbaâ Nath Irathen.
A. F.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img