16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

«La littérature et les arts amazighs, une nouvelle vision»: Soutenir l’écriture et l’édition, une nécessité

«La littérature et les arts amazighs, une nouvelle vision» est le thème d’une journée d’étude organisée à Batna en présence d’un grand nombre d’universitaires et intellectuels. Les participants à cette rencontre se sont mis d’accord sur la nécessité de soutenir l’écriture et l’édition en langue amazighe, afin de préserver ce patrimoine culturel.

Par Abla S.

Les intervenants ont considéré que «l’encouragement des créateurs dans ce domaine contribuera à la préservation de cet héritage culturel dont regorgent plusieurs régions du pays».
Le patrimoine artistique oral amazigh se distingue par son esthétique propre à cet art populaire reposant sur l’individualité, ont-ils ajouté, relevant les racines remontant à l’antiquité lointaine de ce patrimoine transmis d’une génération à l’autre et constitué de contes, de mythes et de chansons porteurs de traditions, dont certaines évoquées par les très anciennes gravures rupestres.
Chercheur spécialisé dans le patrimoine amazigh, El Hadi Meziani de Biskra a mis l’accent sur l’expérience de la maison d’édition Anzar qu’il gère dans la diffusion du patrimoine culturel amazigh, notamment de la variante chaouie, mettant l’accent sur les efforts déployés pour collecter et transcrire ce riche patrimoine malgré le nombre réduit de maisons d’édition qui s’y intéressent.
Le Dr Abdelkader Ikoussani de Tamanrasset a abordé la place du conte populaire et du spectacle basé sur la danse et le chant dans la forme de théâtre des Touaregs, citant l’exemple du spectacle «Boughendja» ou «Aslith n ouanzar» signifiant «la mariée de la pluie» et constitué de rites pour attirer la pluie puisés dans de vieux mythes antiques.
Les intervenants ont également évoqué les autres formes artistiques dont les motifs décoratifs des ustensiles d’argile, des bijoux et des tapis ainsi que les tatouages censés mettre en valeur la beauté de la femme, assurant que derrière chaque motif se trouve un conte qui mérite recherche et documentation.
Cette journée d’étude, tenue à l’amphithéâtre de la Faculté des lettres et des arts de l’université Batna-1, qui s’est déroulée en présence d’une assistance nombreuse d’étudiants et enseignants des départements de tamazight et des lettres, est organisée en marge du 12e Festival national du théâtre d’expression amazighe.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img