22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

JS Kabylie Mellal dit ne pas céder à la pression

Chérif Mellal, «débarqué» dimanche par le Conseil d’administration et le Club sportif amateur (CSA) et remplacé au pied levé par Yazid Yarichène à la tête du Conseil d’administration (CA) de la SSPA/JS Kabylie, a martelé qu’il était toujours président du club, «jusqu’à preuve du contraire».

Par Mahfoud M.

«J’y suis, j’y reste !», a réagi Mellal à la fin de la rencontre face au Paradou AC (1-1) pour le compte de la 19e journée du championnat national, indiquant que «la direction du club n’avait reçu aucune notification de l’assemblée (générale des actionnaires de la SSPA/JSK) ni de ses décisions» et que «jusqu’à preuve du contraire», il était toujours président. Il faut savoir que plus tôt dans la journée, une Assemblée générale des actionnaires de la Société sportive par actions (SSPA) du club s’est tenue au siège du Club sportif amateur JSK (CSA/JSK), pour retirer sa confiance à Mellal et le remplacer par Yarichène, tout en installant un nouveau comité directeur. «Nous savons quoi faire une fois que nous aurons reçu le procès-verbal (PV) de cette Assemblée», a-t-il encore affirmé.
Ne voulant pas accorder trop de crédit à cette Assemblée qu’il a qualifiée de «manœuvre commanditée pour déstabiliser le club et sa bonne dynamique», Mellal a appelé les initiateurs de cette «destitution» à «assumer leurs responsabilités». Démentant, en outre, l’existence d’un quelconque actionnaire majoritaire au sein du CA, il a annoncé que «la direction procédera, dans les jours à venir, au remplacement de deux actionnaires, en l’occurrence Azeddine Mellal, décédé, et Samy Idress, démissionnaire, suite à une saisine du commissaire aux comptes». Pour sa part, l’ancienne vedette du «Jumbo-Jet» et porte-parole du club, Mouloud Iboud, qui avait lancé un «appel à la sagesse» samedi en conférence de presse, a invité ces actionnaires à «s’asseoir autour d’une table et mettre la main à la poche pour voir ce qu’ils peuvent apporter à la JSK». «Comme tous les clubs, la JSK traverse une crise financière des suites de la crise sanitaire et économique et il est temps pour ceux qui aiment la JSK de montrer de quoi ils sont capables», a-t-il soutenu. Le bras de fer est donc engagé entre les deux clans qui se disputent la direction du club, ne se rendant pas compte qu’ils enfoncent l’équipe dans une spirale qui risque de l’emporter, alors que les joueurs ont fourni de gros efforts sur le terrain pour améliorer les résultats, que ce soit en championnat ou en compétition africaine, où l’équipe est tout proche d’une qualification aux quarts de finale de la Coupe de la CAF.

M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img