12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Journées de la poésie Melhoun auressienne: Khenchela abrite la manifestation

Un public nombreux était vendredi soir à la maison de la culture Ali-Souaï de Khenchela pour assister à l’ouverture des Journées de la poésie Melhoun auressienne. La soirée d’ouverture a été marquée par des récitals de poèmes de grands maîtres de ce genre populaire ancestral.

Par Abla Selles
Organisées par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), en coordination avec la Direction de la culture et des arts de la wilaya de Khenchela, le public a pu apprécier la lecture de textes Melhoun des poètes auressiens Amor Bouaziz, Amor Boughagal et Omar Roumi, alternés par des chants de Abdelhamid Bouzaher et Tidjani Tayeb de l’association El Bahdja du patrimoine vocal.
Cette soirée inaugurale a donné lieu également à la projection d’un documentaire consacré au chanteur Ali El Khencheli (1916-2004), mettant en exergue son œuvre dédiée à la préservation de la chanson auressienne et le patrimoine Melhoun. Des membres de la famille du chanteur ont été honorés à cette occasion.
Le chef de département «Livre» de l’Agence nationale du rayonnement culturel, Nourredine Addad, a prononcé une allocution dans laquelle il a souligné que les Journées de la poésie Melhoun auressienne, constituent «une occasion pour affirmer l’importance du genre Melhoun, en tant que véritable dépôt de l’histoire de l’Algérie».
M. Addad a affirmé, en outre, que «ces journées constituent également un chaînon qui consolide la continuité de la créativité dans les Aurès, intellectuelle et littéraire, un chaînon qui rassemble la parole, la mélodie et l’idée, du fait que le genre Melhoun a constamment interpellé à la fois les poètes, les musiciens et les chercheurs, en particulier dans les Aurès».
Intervenant à son tour, Mohamed El Alouani, directeur de la culture et des arts de la wilaya de Khenchela, a souligné que «la poésie Melhoun auressienne conserve la mémoire populaire en célébrant les évènements vécus dans la région».
Le programme de ces journées prévoyait pour hier la lecture de textes d’Amor Laouar, Rabia Dridi, Samia Bougandoura, Osmane Belkacem, Djamila Fellah, Boubakeur Laadjel, Rania Ghiss, Salem Boumaraf, alternée par des tours de chants.
Une conférence est également prévue sur «l’interaction entre poésie Melhoun vernaculaire et poésie amazighe» qui sera donnée par Mohamed- Salah Ounissi.

A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img