32.9 C
Alger
vendredi 12 août 2022

Journée nationale de protestation le 3 novembre : La colère de l’intersyndicale de la santé

L’Intersyndicale de la santé qui représente les chercheurs hospitalo-universitaires, les médecins généralistes de santé publique et les paramédicaux, a annoncé jeudi dans un communiqué l’organisation d’une journée nationale de protestation le 3 novembre prochain, « comme première action ». Le syndicat national des praticiens de la santé publique SNPSP va, pour sa part, animer aujourd’hui une conférence de presse. Les syndicats SNECHU-SNPSP-SAP ont exprimé « leur déception de la non-concrétisation sur le terrain des différentes directives du président de la République concernant l’amélioration des conditions de travail ainsi que la situation socioéconomique de ces corps », précise les signataires du communiqué. Selon eux, « Il est regrettable de revenir encore une fois à la protestation comme seul moyen de communication ». Les trois syndicats ont salué les efforts des « soldats en blouse blanche » pour faire face à la pandémie du coronavirus et aussi de rendu hommage aux personnels soignants décédés et à l’ensemble des citoyens qui ont perdu la vie à cause du Covid 19. « Les longs mois de lutte contre cette maladie ont été éprouvants pour le personnel de la santé épuisé, blasé, fatigué, affaibli, en colère et qui craignent la survenue d’une 4e vague dans les mêmes conditions, voire pire », préviennent les membres de l’Intersyndicale de la santé. Le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune, avait annoncé, avoir signé un décret instituant l’octroi d’une prime exceptionnelle au profit des personnels des structures et établissements publics relevant du secteur de la santé, mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation de coronavirus afin de les récompenser et les encourager. A cet effet, l’Intersyndicale de la santé s’interroge sur le retard « dans l’application des directives du Président de la République quant à la prime que devaient percevoir les familles des victimes dans les rangs des blouses blanches suite à cette pandémie, de la couverture à 100% de l’assurance totale du personnel de la santé, et de la bonification des cotisations à la retraite ». Les trois syndicats posent le problème de la non reconnaissance de la maladie Covid comme maladie professionnelle pour le corps soignant. « Des mesures qui avaient redonné de l’espoir au personnel de la santé au moment de leur déclaration, mais qui n’ont malheureusement pas été mises en place à ce jour », se demandent les représentants syndicaux, le Pr Rachid pour le Snechu, le Dr Lyes Merabet pour le SNPSP et Lounès Ghachi pour le syndicat des paramédicaux (SAP). « Même l’octroi de la prime d’encouragement (prime Covid) prodiguée par le plus haut responsable de l’État, comme mesure incitative, se voit gelée encore une fois le mois de mars 2021 », disent-ils.

Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img