19.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Journée mondiale de lutte contre la rage Benbouzid : «La vaccination des chiens, stratégie la plus efficace»

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a appelé, lors d’une conférence de presse à l’occasion de la Journée mondiale de la rage, tous ceux qui possèdent des chiens à les vacciner, car la rage est une maladie très dangereuse et entraîne la mort.
Le ministre de la Santé a indiqué, hier, que «le ministère de la Santé prend en charge annuellement 120 000 cas de morsures causées par les chiens, qui provoquent entre 15 à 20 décès par an dont la majorité sont des enfants». Le ministre a expliqué que la rage est une maladie «infectieuse d’origine virale» qui est toujours mortelle une fois que les symptômes cliniques apparaissent, précisant que dans la plupart des cas, le virus de la rage est transmis à l’homme par la salive d’un animal infecté, domestique ou sauvage, notamment le chien. A cet effet, le ministre a également appelé toute personne mordue par un chien à se rendre au centre de santé le plus proche pour un traitement approprié. Il a rappelé, à cette occasion, que la rage causait le décès de 20 personnes/an et que plusieurs secteurs sont concernés par la lutte contre cette zoonose, tels que le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, celui de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et celui de la Santé. Il rappellera l’arrêté ministériel de 2015 qui fixe distinctement la responsabilité de chaque secteur afin d’œuvrer ensemble à l’éradication de cette zoonose virale en Algérie, appelant, d’autre part, les éleveurs d’animaux domestiques et les agriculteurs à l’impératif de vacciner leurs animaux et de multiplier les fourrières animales et le ramassage des animaux errants, principaux vecteurs de cette maladie. En outre, Benbouzid a souligné, tout en assurant «la gratuité» des vaccins à travers le territoire national, que «des vaccins efficaces sont disponibles dans notre pays contre cette maladie», expliquant que «la vaccination permet de prévenir l’apparition de la rage et donc d’éviter le décès, si la vaccination est pratiquée dans les heures suivant la morsure ou une griffure par un animal susceptible d’être enragé». Le ministre a indiqué que le but des pouvoirs publics est d’atteindre un objectif de «0 cas» de rage en Algérie. Intervenant en qualité de sous-directrice des maladies prévalantes et de l’alerte sanitaire au ministère de la Santé, Dr Samia Hammadi a souligné «le contexte particulier» dans lequel est célébrée cette journée cette année, en raison de la pandémie sanitaire mondiale de coronavirus, avant de rappeler que l’objectif de l’OMS d’atteindre «0 cas» s’étale jusqu’en 2030. «Nous sommes à 10 ans de la fin du délai de cet objectif, aussi devrions-nous nous interroger si nous parviendrons réellement à y arriver ou pas, sachant qu’en 2015 on affirmait ne pas être loin», a-t-elle déclaré, avant de faire observer que les statistiques liées à la rage ont évolué depuis, en baisse puis en hausse. A travers la manifestation d’aujourd’hui, il s’agit de partager les expériences de deux wilayas pilotes que sont Biskra et Ain-Témouchent, a-t-elle ajouté, avant de décliner les différentes thématiques qui y seront abordées. Il est à réappeler que le chargé du programme zoonoses au ministère de la Santé avait indiqué que «pour 2018 et 2019, les wilayas ayant notifié des cas de rage sont : Médéa, Aïn Defla, Biskra, Oran, Skikda, El-Bayadh, Tissemssilt, Mostaganem, Tiaret, Khenchela, M’sila, Béjaia, Alger, Aïn Témouchent, Tipasa, Annaba, Ghardaïa et El-Oued», ajoutant que «la rage animale sévit à l’état azootique avec une moyenne de 900 cas enregistrés chaque année, dont 15 décès, majoritairement des enfants de moins de 14 ans».
Thinhinene Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img