10.9 C
Alger
samedi 24 février 2024

Irréversible

Alors que le monde s’est résigné à la guerre en Ukraine et assiste impuissant à la guerre au Proche-Orient, la Corée du Nord profite du chaos et de la confusion pour réaffirmer son opposition aux États-Unis. Pyongyang a ainsi menacé hier d’abattre les satellites espions américains en réponse à «toute attaque» contre son propre satellite, en orbite depuis une dizaine de jours. Pyongyang a affirmé qu’une telle opération serait considérée comme une «déclaration de guerre», a rapporté l’agence de presse officielle KCNA. Cette déclaration intervient après qu’un responsable américain a expliqué que Washington disposait de divers «moyens réversibles et irréversibles» pour «priver un adversaire de ses capacités spatiales et les contrer». Cet adversaire pouvant être la Corée du Nord, qui a réussi à mettre en orbite son premier satellite espion fin octobre après deux essais infructueux en mai et août. «Si les États-Unis essaient de violer le territoire légitime d’un État souverain», alors Pyongyang «envisagera de prendre des mesures d’autodéfense pour affaiblir ou détruire la viabilité des satellites espions américains», a mis en garde un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères. Toute opération militaire contre le satellite de Pyongyang considérée comme «imminente» amènera le régime à «user de sa dissuasion de guerre». Le pays reclus est doté de l’arme nucléaire. Depuis le lancement réussi de son premier satellite, la Corée du Nord assure avoir observé des sites militaires américains et sud-coréens importants et même Rome. Elle n’a pour autant communiqué aucune image qui aurait été prise par «Malligyong-1». Selon Séoul, la Russie a aidé la Corée du Nord à lancer avec succès son satellite espion. Toutefois, la Maison-Blanche qui a en ce moment déjà du mal à jongler entre les conflits en Ukraine et au Proche-Orient, ne peut se permettre de faire monter les tensions avec Pyongyang. Les Nord-Coréens qui ne sont pas connus pour leurs capacités diplomatiques avec l’Occident peuvent se permettre des excès en ces temps de tensions globales. Surtout que Washington fait beaucoup d’efforts depuis quelques mois à lisser ses relations avec une autre république communiste, la Chine, elle-même première puissance alliée des Nord-Coréens.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img