14.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Incendies, changement climatique et actions anthropiques: Nos forêts victimes de tous types de dégradations

«Chaque année, nos forêts subissent des dégradations de tous types à cause notamment des incendies et des changements climatiques. Il ne faut pas oublier aussi les actions anthropiques (ce qui est provoqué par l’homme)», a indiqué Ilham Kabouya, directrice de la protection de la faune et de la flore à la Direction générale des forêts. Elle a annoncé le lancement d’une campagne de reboisement visant la plantation de 60 millions d’arbustes à l’horizon 2025, dont 17 millions pour cette année, et qui débute aujourd’hui à partir de la wilaya de Djelfa.

Par Thinhinane Khouchi

S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio algérienne, la directrice de la protection de la faune et de la flore à la Direction générale des forêts est revenue sur l’état de nos forêts et a pointé du doigt les dégradations enregistrées au niveau de certaines d’entre elles. En effet, Mme Kabouya a regretté les dégradations de tous types que nos forêts subissent chaque année, à cause notamment des incendies et des changements climatiques. «Il ne faut pas oublier aussi les actions anthropiques», a-t-elle ajouté, citant l’exemple de la forêt de Bouchaoui à Alger qui risque de disparaître. «Cette forêt est en danger. Il faut vraiment le souligner, c’est très important. Il y a énormément de maladies qui se sont déclarées au niveau des arbres, à cause de la grande charge», a-t-elle expliqué. «Il est vrai que c’est l’une des forêts les plus proches pour les Algérois, dans laquelle ils vont se détendre, mais cette grande charge a fait qu’aujourd’hui les arbres sont malades et peut-être que l’on sera obligés de les couper», a-t-elle enchaîné. Par ailleurs, l’invité de la Chaine 3 a indiqué qu’«une campagne de reboisement visant la plantation de 60 millions d’arbustes à l’horizon 2025, dont 17 millions pour cette année, débutera ce mardi (aujourd’hui) à partir de la wilaya de Djelfa». Lancé par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, à travers la Direction générale des forets à l’occasion de la Journée nationale de l’arbre, le programme de réhabilitation et de restauration des paysages forestiers touchera tout le territoire national, a-t-elle précisé. S’agissant du barrage vert, Mme Kabouya a affirmé qu’il y a un plan d’action multisectoriel pour la réhabilitation de cette bande qui concerne 13 wilayas. «Des financements vont être débloqués pour la mise en œuvre de ce plan d’action», a-t-elle précisé. Pour la réussite de ce plan d’action, l’intervenante a estimé qu’il faut un suivi particulier des plantations, notamment durant les trois premières années. «Aujourd’hui, il faut bien comprendre que planter n’est pas uniquement de creuser et mettre à terre une plante, il y a tout un suivi qui doit se faire quel le que soit l’espèce choisie», a-t-elle expliqué. «Nous avons énormément planté, malheureusement il y a eu quand même des échecs, faute de suivi. Un arbre forestier ce n’est pas comme planter des tomates, la production ne se fait pas au bout de deux ou six mois, c’est un travail de longue haleine», a-t-elle fait observer. Donc quand on plante un plan forestier, a-t-elle dit, il faut toujours prévoir l’entretien qui doit se faire les années qui suivent. «C’est sur cela que nous essayons de travailler», a-t-elle conclu.

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img