14.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Inauguration du Salon du livre à Ath-Yanni (Tizi-Ouzou): Une édition dédiée à Mouloud Mammeri

La première édition du Salon du livre organisée par l’Association culturelle et de loisirs de Jeunes (ACLJ) d’Ath-Yanni est dédiée à l’œuvre et au parcours de l’écrivain Mouloud Mammeri. Elle a été inaugurée jeudi à Tizi-Ouzou, en présence de nombreux auteurs, maisons d’édition nationales et d’universitaires.

Par Adéla S.

Première du genre, cette manifestation se veut être un hommage à l’une des figures de la culture amazighe, nationale et à la dimension internationale, à l’homme «authentique et rassembleur», à «l’érudit aux visions planétaires» et à «l’homme pacifique», tel que présenté par ses organisateurs, l’Association culturelle et de loisirs de Jeunes (ACLJ) d’Ath-Yanni, en collaboration avec les institutions locales et de wilaya.
«Ce salon ambitionne d’être un espace d’échanges, de rencontres avec des auteurs algériens connus et moins connus. Nous avons préféré le dédier à l’un de ses enfants qui repose du ‘’Sommeil du Juste’’, en raison de l’envergure intellectuelle de son œuvre et pour avoir rendu possible la consécration de la culture et de l’identité amazighes», a indiqué le secrétaire général de l’Association, El Hacène Metref, à l’ouverture de l’événement.
Pour sa part, le président de l’APC d’At-Yanni, Smail Deghoul, a souligné l’intérêt d’une telle initiative dans le sens de «la réhabilitation du plaisir de la lecture d’un livre ou d’un journal, au moyen du contact avec le papier et non pas des supports technologiques, tout en n’occultant pas l’importance de s’arrimer à l’ère du numérique».
De son côté, la directrice de la culture de Tizi-Ouzou, Nabila Gouméziane, s’est félicitée de «cette très louable initiative qui intervient dans une conjoncture difficile en raison de la pandémie sanitaire», tout en plaidant pour que «ce type de manifestations soit porté par des jeunes», ajoutant que «ce salon trouve tout son sens, car se tenant sur une terre connue pour ses personnalités du monde de la culture et de l’art».
Et de relever que cette manifestation s’ajoute à celles similaires, organisées dans d’autres localités des wilayas de Tizi-Ouzou et de Béjaia, tout en souhaitant que «chaque daïra puisse avoir son propre salon du livre afin de décentraliser cette activité, d’autant plus que le potentiel intellectuel existe pour ce faire».
Se voulant un rendez-vous éminemment intellectuel, le Salon du livre d’Ath-Yanni a été ponctué par la présentation d’œuvres d’auteurs, à l’instar de «Le mauvais génie» de Nadjib Stambouli, «Body Writing» de Mustapha Benfodil, «Une valse» de Lynda Chouiten, «Des Igelliden aux sultans, courbe d’histoire» de Younes Adli, «Le retour d’Ibn Toumert» de Slimane Saadoun, «Dialogue des cultures musicales, mythe ou réalité ?» de Mouloud Ounoughéne, etc.
Une table ronde a marqué la matinée du premier jour du salon, intitulée «Panorama sur la littérature féminine», animée, entre autres, par Selma Hellal, co-fondatrice des éditions «Barzakh» et l’écrivaine-journaliste Sarah Haider.

A. S.

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img