26.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Huile d’olive/ Concours international JOOP au Japon: Un producteur algérien de Aïn Oussara décroche l’or

Un oléiculteur algérien de Aïn Oussara (wilaya de Djelfa) vient de remporter la médaille d’or au concours international de huile d’olive extra vierge JOOP (Japan Olive Oil Prize), dans la catégorie mono-variété «Chemlali», selon les organisateurs de cette compétition. Le producteur, Hakim Alileche, propriétaire de la marque «Dahbia», a été primé suite à une sélection par un jury international d’une douzaine de membres, de différentes nationalités, selon un tableau de notation régi par le Conseil oléicole international. Il s’agit d’une procédure de dégustation à l’aveugle et en pleine conformité avec les règlementations de l’Union européenne, selon le site-web du concours. Une huile d’olive avant qu’elle soit inscrite à cette compétition, doit tout d’abord répondre à certains critères de qualité après l’avoir soumise à des analyses physicochimiques et microbiologiques. JOOP est une compétition internationale qui se tient annuellement dans la capitale japonaise, Tokyo, réunit les meilleures huiles d’olive au monde dans plusieurs catégories et de différentes mono-variétés à l’instar du «Chemlali». La variété «Chemlali» ou «Chemlal», est la plus réputée en Algérie. L’olivier Chemlali produit une olive à huile de qualité et sa grande vigueur lui permet de rentabiliser des sols maigres. C’est une variété adaptée au milieu aride. Dans une réaction à l’APS, suite à cette nouvelle distinction à l’international, M. Alileche n’a pas caché sa «grande joie», affirmant que cette consécration «offre à l’huile d’olive algérienne plus de visibilité à l’international». Selon lui, «l’huile d’olive algérienne commence à être classée parmi les meilleures au monde, ce qui nécessite l’augmentation du volume de la production nationale pour se faire une place dans le marché international, où la demande dépasse de loin l’offre». L’année passée, ce producteur avait obtenu la médaille d’argent dans la catégorie «culture biologique» de ce même concours. L’entrepreneur Hakim Alileche, natif des Ouadias (Tiz-Ouzou) et qui a grandi à Alger, a décidé il y a une vingtaine d’années de se lancer dans l’oléiculture dans la région des Hauts-Plateaux, précisément à Ain Oussara, en acquérant des terres où il plantât progressivement 15 000 oliviers. «C’est grâce à l’adoption de techniques modernes d’irrigation et au traitement biologique des terres ainsi qu’à la prise en charge quotidienne des plants que cet investissement a été couronné de succès», a-t-il souligné. Ce diplômé en arts graphiques qui s’est converti en oléiculteur, a réussi à atteindre un rendement de 125 kg d’olives pour un olivier de 8 ans sans l’utilisation d’engrais, un rendement, selon lui, «supérieur à ceux enregistrés ailleurs». M. Alileche a assuré, dans ce sens, que les Hauts-Plateaux et le Sud représentent «un potentiel important» pour la filière oléicole. Pour produire une huile d’olive extra vierge de qualité, il privilégie certaines méthodes «efficaces et étudiées», selon lesquelles les olives doivent être triturées le jour-même de la cueillette grâce à un moulin qui fonctionne à froid. Il préfère faire la cueillette précocement et à la main. M. Alileche a appelé ses confrères oléicoles à se détacher de quelques «pratiques ancestrales» dans l’exploitation et la fabrication de l’huile d’olive, notamment la cueillette tardive du fruit et son long stockage dans les moulins, précisant que ces «mauvaises pratiques» réduisent sensiblement la qualité de l’huile.

N. T./R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img