26.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Huile d’olive à M’sila: Production abondante, mais commercialisation difficile

La production d’huile d’olive à M’sila, reflétée par une augmentation successive jusqu’à atteindre lors de la présente saison agricole deux millions de litres contre 1,7 million de litres en 2020, achoppe, toutefois, sur le problème de «professionnalisme» dans sa commercialisation tant au plan local qu’international, a-t-on relevé à la Direction des services agricoles (DSA) de la wilaya. Cette importante production, a-t-on précisé à la DSA, est le résultat du pressage de 400 000 quintaux d’olives au niveau de 11 huileries sur les 15 que compte la wilaya, lesquelles se chargent de la transformation de 50 % de la production locale d’olive, tandis que le reste est pressé dans les huileries de wilayas voisines, à l’instar de Bouira, Blida et Tizi-Ouzou. La hausse de la production d’olive, d’année en année, a été constatée, selon les services agricoles de M’sila, en dépit de la cessation d’activité de trois huileries en raison de nombreux facteurs, dont le manque de maîtrise des techniques inhérentes à l’extraction de l’huile d’olive pour certaines et l’absence d’une main-d’œuvre qualifiée ou d’une rentabilité insuffisante, pour d’autres. Pourtant, a-t-on ajouté, les campagnes annuelles de vulgarisation agricole sont organisées au profit des producteurs d’huile d’olive, visant à anticiper certaines erreurs régulièrement enregistrées et qui affectent la qualité de l’huile d’olive, notamment le non-respect de la période propice à la récolte des olives destinées au pressage, dont la couleur ne doit être ni verte ni noire.
Les services agricoles ont également souligné la nécessité d’éviter de gauler les oliviers pour faire tomber ses fruits dans un filet placé sous l’arbre, estimant que «la méthode consistant à battre l’olivier par une longue perche nuit aux olives et à la qualité de l’huile». Il est également fréquemment conseillé aux oléiculteurs de ne pas recourir aux sacs en plastique pour entreposer les olives car cela occasionne de l’humidité et conduit au pourrissement des fruits et, par conséquent, l’huile d’olive extraite sera de mauvaise qualité.
Un résultat similaire est également obtenu dans le cas où l’intervalle de temps entre la récolte des olives et leur pressage atteint jusqu’à deux semaines au lieu des 72 heures au cours desquelles les olives doivent être obligatoirement pressées.
Maya H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img