26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Histoire/Lutte de libération nationale: Emmanuel Macron ouvre l’accès aux archives couvertes par le secret-défense

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a décidé de faciliter l’accès, dès aujourd’hui, aux archives classifiées de plus de 50 ans, y compris celles relatives à la guerre de Libération nationale, a indiqué, hier, un communiqué de la Présidence de la République française.

Par Meriem Benchaouia

Cette décision a été prise afin de «permettre aux services d’archives de procéder dès aujourd’hui (mercredi) aux déclassifications des documents couverts par le secret de la Défense nationale jusqu’aux dossiers de l’année 1970 incluse», précise la même source, ajoutant que «cette décision sera de nature à écourter sensiblement les délais d’attente liés à la procédure de déclassification, s’agissant notamment des documents relatifs à la guerre de Libération nationale (Algérie)».
Cette annonce intervient une semaine après la reconnaissance par le Président Macron, «au nom de la France», que l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été «torturé et assassiné» par l’armée coloniale en 1957. Cette décision «démontre que nous allons très vite», note la même source, relevant que sa portée dépasse le cadre de l’Histoire de l’Algérie et que le Président français a répondu favorablement aux attentes de la communauté universitaire qui se plaignait notamment des «difficultés d’accès aux archives classifiées de plus de 50 ans en raison de l’application scrupuleuse d’une circulaire sur la protection du secret de la défense nationale». Dans ce sens, l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, a affirmé à Constantine que «les Français souhaitent travailler avec les Algériens sur le chemin de la réconciliation des mémoires». «La démarche entreprise récemment par le Président Emmanuel Macron qui a reconnu, au nom de la France, que l’avocat et dirigeant politique du nationalisme algérien, Ali Boumendjel, a été torturé puis assassiné par l’armée coloniale pendant la guerre de Libération, s’inscrit dans le cadre des efforts déployés pour dépasser les antagonismes mémoriels entre Français et Algériens», a précisé le diplomate. S’exprimant au cours d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de travail tenue avec des opérateurs économiques au siège de la Chambre de commerce et d’industrie Rhumel (CCIR) de Constantine, M. Gouyette a souligné que «l’initiative mémorielle du Président Macron, s’agissant de l’assassinat d’Ali Boumendjel en 1957, s’inscrit dans le cadre de la démarche de reconnaissance des faits historiques», estimant «très important de connaître et de reconnaître les faits historiques tels qu’ils se sont produits». «L’Algérie a pris acte avec satisfaction de la décision du Président français, Emmanuel Macron», a également rappelé M. Gouyette, assurant que «le président français veut vraiment bâtir une relation sereine, dynamique, positive et constructive avec l’Algérie, aller de l’avant et pousser la coopération dans un esprit constructif et amical». S’agissant des perspectives de développement des relations économiques et commerciales entre la France et l’Algérie, en particulier Constantine, le diplomate a indiqué que «cette wilaya est à la pointe dans les domaines pharmaceutique et agroalimentaire», deux spécialités qui «pourraient intéresser les Français», a-t-il ajouté. Qualifiant la France de «grand partenaire de l’Algérie» et d’«investisseur important», il a souligné que des efforts étaient en cours pour «encourager le mouvement d’investissement dans les deux sens et essayer de favoriser les rapprochements et les synergies en mettant en relation les entreprises françaises et algériennes, notamment les petites et moyennes entreprises (PME)».

M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img