26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Hausse des prix : Achki, une application pour dénoncer les commerçants spéculateurs

Afin de dénoncer en temps réel toute augmentation injustifiée des prix ou des pratiques liées à la spéculation, l’Organisation algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a annoncé le lancement de l’application «Achki»

Par Thinhinene Khouchi
C’est enfin possible. Avec un simple clic sur un Smartphone, le consommateur algérien peut désormais dénoncer les pratiques déloyales des commerçants. En effet, dans une vidéo partagée sur le compte de l’Organisation, Mustapha Zebdi, président de l’Apoce, a annoncé, vendredi, le lancement d’une application simple d’utilisation appelée «Achki» (réclame). «Cette application algérienne permettra aux consommateurs d’alerter, mais aussi dénoncer les diverses dérives qui touchent le marché de la consommation», explique Mustapha Zebdi. «Elle permettra également d’alerter sur les cas de tricherie sur la marchandise, les pratiques spéculatives et la hausse des prix», ajoute-t-il. Dans sa vidéo, Zebdi indique que «cette application est un outil qui vient aider à préserver l’éthique de la pratique commerciale». Concernant les produits dénonciables sur l’application Achki, le président de l’Apoce a souligné que «tous les produits peuvent être objet, certes de manière intermittente, de ce phénomène qui ronge l’économie nationale», citant plus particulièrement certains légumes, notamment «la pomme de terre et les fruits secs qui connaissent une forte spéculation». Soulignant l’importance de la société civile dans cette lutte contre la spéculation et les pratiques immorales de certains commerçants, Zebdi a ajouté que cette nouvelle application, qui est, selon lui «la première du genre» en Algérie, permet à l’utilisateur de fournir des informations détaillées sur la nature de la contravention, à travers les images du produit et les factures, outre la détermination géographique du lieu d’achat ou du lieu de la contravention. A travers cette application, le consommateur peut également contacter l’Organisation via le numéro de téléphone 3311 et les sites des réseaux sociaux. «Nous souhaitons et appelons les administrations algériennes à collaborer avec nous afin de faire de cette application un outil de changement et de protection du consommateur algérien et de son pouvoir d’achat», a indiqué l’intervenant. Il est à noter que cette initiative intervient dans un contexte d’une hausse injustifiée des prix de plusieurs produits alimentaires dont le poulet qui est proposé à plus de 480 DA le kilo ou même la pomme de terre qui est passée de 40 à 150 DA le kilo, malgré le déstockage de plusieurs tonnes de ce tubercule. Au niveau des marchés de la capitale, les produits alimentaires affichent d’importantes hausses. A titre d’exemple, la carotte est à 110 DA, idem pour la courgette affichée hier au marché Clauzel à 90 DA. Le prix de la tomate varie selon sa qualité, entre 80 DA pour la moins attractive et 120 DA le kilo, les oignons sont à 55 DA. Le chou-fleur est proposé à 150 DA et les haricots verts à hauteur 180 DA. Même constat pour les fruits. Les pommes sont affichées à 450 DA, les poires à 400 DA et le raisin entre 270 et 300 DA. Les oranges sont entre 250 et 300 DA le kilo, les mandarines entre à 230 et 270 DA pour celles sans pépins et les bananes à 320 DA. Des prix exorbitants que les consommateurs peuvent désormais dénoncer via l’application «Achki». T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img