26.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Guerre en Ukraine: Nouvelles réunions cette semaine à l’ONU

L’ONU aura cette semaine plusieurs réunions consacrées à la guerre de la Russie en Ukraine, sans qu’il soit acquis à ce stade qu’elles déboucheront sur l’adoption d’un texte, selon des diplomates. Aujourd’hui, le Conseil de sécurité discutera de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Président en 2022 de l’OSCE, le ministre polonais des Affaires étrangères, Zbigniew Rau, devrait intervenir lors de la session, a précisé l’une de ces sources. Celle-ci est annuelle mais prendra un tour particulier avec la guerre en Ukraine, avec probablement de nouveaux appels à la paix. Depuis deux semaines, un projet de résolution franco-mexicain sur l’aide humanitaire est par ailleurs discuté entre certains membres du Conseil de sécurité. Aucune date n’a encore été avancée pour un vote qui était à l’origine espéré début mars. Vendredi, l’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, a indiqué n’avoir pas encore vu de texte finalisé. Selon une version du projet, le Conseil déplorerait «les conséquences humanitaires désastreuses des hostilités contre l’Ukraine», exigeant «une cessation immédiate des hostilités» et de «toutes les attaques contre des civils». Le texte imposerait également de «protéger les civils, dont le personnel humanitaire et les personnes vulnérables, y compris les enfants».

L’AIEA s’inquiète de la sécurité des installations nucléaires
L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), par le biais de son directeur général, Rafael Grossi, a dit, à nouveau, sa «vive inquiétude» quant à la «sûreté et à la sécurité des installations nucléaires ukrainiennes». L’Ukraine a informé l’AIEA que la Russie envisage de prendre le contrôle, «de façon totale et permanente», de la centrale nucléaire de Zaporijia, qui serait gérée par l’entreprise russe Rosatom. Information démentie par le directeur général de la société, dans un entretien avec Rafael Grossi. «La Russie a informé l’AIEA que le personnel ukrainien assure la gestion et l’exploitation des centrales nucléaires de Zaporijia et Tchernobyl, tandis que des experts russes fournissent une ‘’assistance consultative’’», précise l’agence sur Twitter. Selon Rafael Grossi, la situation actuelle constitue une violation manifeste de l’un des sept piliers indispensables, selon lequel «le personnel d’exploitation doit pouvoir s’acquitter de ses tâches liées à la sûreté et à la sécurité, et pouvoir prendre des décisions sans pression indue». En outre, l’organisme de réglementation ukrainien a informé l’AIEA que la «réparation des lignes de transport d’électricité endommagées à la centrale de Tchernobyl se poursuit». «L’organisme a indiqué, en outre, que des groupes électrogènes diesel fournissent une alimentation de secours et que 211 membres du personnel technique et gardiens n’ont toujours pas pu être relevés», affirme-t-on. «Sans cadre agréé, l’AIEA ne peut fournir aucune assistance sur site», conclut Rafael Grossi.

Boris Johnson rassemble les dirigeants de l’Europe du Nord
Le premier ministre britannique, Boris Johnson, organise la semaine prochaine un sommet avec des dirigeants scandinaves et baltes, voisins de la Russie. Il se tiendra en marge d’un des plus grands exercices militaires de l’Otan depuis la Guerre froide, qui se déroulera en Norvège. Les manœuvres, baptisées «Exercise Cold Response», rassembleront plus de 30 000 soldats de 27 pays venus s’entraîner par des températures négatives. En parallèle, Boris Johnson recevra demain à Londres les dirigeants de la Force expéditionnaire commune (JEF), une coalition de dix États axée sur la sécurité dans le nord de l’Europe, selon un communiqué de Downing Street. «La sécurité européenne a été ébranlée par l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, et aux côtés de nos partenaires, nous prendrons des mesures pour nous assurer de sortir plus forts et plus unis qu’auparavant», a expliqué le Chef du gouvernement britannique, cité dans le communiqué.

Le Premier ministre ukrainien appelle ses concitoyens à travailler malgré la guerre
Le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, a estimé, hier, que «la restructuration de l’économie en fonction des nouvelles réalités devrait être la base clé de la victoire». Il a demandé à ceux qui œuvrent «dans les territoires où il n’y a pas de combat actif» de travailler. «Il faut restaurer l’activité. Vous faites partie du front économique !», a-t-il lancé dans une vidéo diffusée sur Telegram.
Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img