17.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Grand retard de la campagne contre le coronavirus: Benbouzid annonce l’accélération de la vaccination

Lancée fin janvier, la campagne de vaccination a pris beaucoup de retard sur le terrain et peine à être généralisée sur l’ensemble du pays, en dépit de toutes les assurances des officiels. A titre d’exemple, le rythme des vaccinations reste ainsi bien inférieur à celui constaté au Maroc qui a atteint déjà plusieurs millions de sujets vaccinés.

Par Louisa Ait Ramdane

Depuis son lancement, soit presque deux mois, très peu d’Algériens ont été vaccinés, alors que des milliers de citoyens se sont inscrits sur des listes d’attente. Le cri d’alarme a été lancé dernièrement par le Professeur Mohamed Yousfi, chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, qui révèle que le taux de vaccination atteint est de 0,17 %, ce qui est minime par apport à d’autres pays où le taux frôle les 10 %. Pour ne citer que le Maroc, ce jeudi, un total de 4 329 244 personnes a reçu la première dose du vaccin contre le Covid-19, selon le ministère marocain de la Santé, alors que 3 767 210 personnes se sont vu administrer la deuxième dose du vaccin. Selon le Professeur Yousfi, l’Algérie a entamé tardivement la campagne vaccinale et il faut maintenant passer à la vitesse supérieure pour anticiper une éventuelle nouvelle vague de contaminations, à la faveur de la résurgence des variants britannique et nigérian dans plusieurs régions du pays. Devant les membres du Sénat, le ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid, a expliqué que ce retard est dû aux quantités réduites réceptionnées par l’Algérie. Mais avec l’acquisition de nouvelles quantités de vaccins russe et chinois, l’Algérie compte accélérer sa campagne de vaccination durant ce mois d’avril, notamment après l’acquisition de 920 000 doses du vaccin russe Spoutnik et d’autres, a-t-il ajouté. Pour rappel, l’Algérie a reçu, début février, 2 quotas de vaccins, Spoutnik V et Astra Zeneca, pour des quantités de 50 000 chacun. Au total, le pays compte réceptionner 12 à 16 millions de doses durant cette année. Concernant le retard enregistré dans la campagne de vaccination, plusieurs fois démenti, le ministre a avancé l’argument que l’opération de vaccination contre le Covid-19 avait pris «une dimension politique» à travers le monde entier, en dépit des correspondances, des contacts par visioconférence et des accords conclus entre l’Algérie et les laboratoires concernés. Il a ajouté, dans ce cadre, que «certaines parties n’ont pas honoré leurs engagements, à l’instar du ‘’mécanisme Covax’’ qui devait fournir à l’Algérie entre 12 et 16 millions de doses, mais qui ne pourra lui garantir que 5 000 doses ce mois-ci». «Covax a préféré approvisionner les pays africains à faibles revenus et certains pays riches», fera-t-il savoir, appelant «les autorités officielles et la diplomatie algérienne à intervenir pour obtenir la quantité indispensable de vaccins».
Au sujet des citoyens non encore vaccinés, Pr Benbouzid fera état de la vaccination de 57.5 % des citoyens inscrits sur la plateforme numérique pour l’organisation et la gestion de la campagne de vaccination, l’opération étant en cours après la distribution de dizaines de milliers de doses aux centres de vaccination. Rappelant les contrats et les mémorandums d’entente signés par l’Algérie avec plusieurs parties pour l’acquisition du vaccin en vue de vacciner 70 % de la population, le ministre a indiqué la réception de deux lots, les 29 janvier et 11 mars 2021. Les quantités restantes seront réceptionnées au cours des mois prochains. L’Algérie et la firme AstraZeneca s’étaient mises d’accord sur l’acquisition de 50 000 doses, a souligné Benbouzid. L’opérateur chinois Sinopharm a fait don de 200 000 doses distribuées aux différents centres de vaccination, a-t-il rappelé, précisant que des dizaines de milliers de doses seront distribuées à partir d’aujourd’hui.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img