10.9 C
Alger
samedi 24 février 2024

Ghaza: La trêve prolongée de deux jours

La trêve en vigueur dans la bande de Gaza sera prolongée de deux jours, a confirmé hier le Hamas après une annonce du Qatar.
La trêve entre le Hamas et l’entité sioniste qui a permis la libération d’otages, de prisonniers et une aide d’urgence dans la bande de Ghaza, est entrée hier dans sa quatrième journée, sur fond de pourparlers pour la prolonger. De tous bords, les appels à prolonger cette trêve s’étaient multipliés.
Le mouvement de résistance islamique Hamas avait affirmé dans un communiqué «chercher à prolonger la trêve au-delà de ses quatre jours» dans le but d’«augmenter le nombre de prisonniers libérés» comme prévu dans l’accord. Le mouvement palestinien a «informé les médiateurs être favorable à une prolongation de deux à quatre jours». Le chef de la diplomatie de l’Union européenne(UE), Josep Borrell, a appelé, hier, à une prolongation de la trêve dans la bande de Ghaza, qui s’achève aujourd’hui, afin qu’elle devienne «durable» et permette d’avancer vers «une solution politique» au conflit. «Cette trêve, qui est un premier pas important, doit être prolongée et devenir durable pour permettre d’œuvrer à une solution politique», a-t-il dit au début d’une réunion à Barcelone de l’Union pour la Méditerranée, forum regroupant les pays européens et du bassin méditerranéen. «Une solution politique qui puisse nous permettre de briser le cycle de la violence, une bonne fois pour toutes», a ajouté le haut diplomate, avant de souligner qu’«il n’y aura pas de paix ni de sécurité dans la région sans Etat palestinien». De son côté, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a réclamé hier une extension de la trêve entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, qui doit s’achever aujourd’hui. «J’appelle à une extension de la trêve qui permettra de fournir davantage d’aide aux populations qui en ont grand besoin et d’obtenir la libération d’autres otages», a déclaré M. Stoltenberg lors d’une conférence de presse à Bruxelles. Pour sa part, le président américain Joe Biden a affirmé souhaiter que cette trêve se poursuive «au-delà de demain» afin de permettre la libération d’autres otages et faire en sorte que l’aide humanitaire acheminée vers la bande de Gaza soit plus importante. Aussi, la France a exprimé son souhait que la trêve à Ghaza dure jusqu’à la libération de «tous les otages», a déclaré la ministre des affaires étrangères, Catherine Colonna, alors que le Hamas a libéré 58 personnes depuis vendredi, parmi lesquels ne figure aucun Français. «Nous demandons la libération de nos otages et de tous les otages», a lancé la cheffe de la diplomatie française. «Il serait bon, utile et nécessaire que la trêve soit prolongée à cette fin», a-t-elle ajouté, assurant avoir «bon espoir» que des otages français soient libérés.

La construction de nouvelles colonies est «choquant», selon Borrell
Le Haut représentant de l’Union européenne (UE), Josep Borrell, a déclaré qu’il était «choquant» qu’en pleine agression contre le peuple palestinien, l’entité sioniste alloue de nouveaux fonds pour construire plus de colonies illégales dans les territoires palestiniens occupés. Dans un message posté sur la plateforme (X), anciennement Twitter, M. Borrell a ajouté que «les colonies constituent une grave violation du droit humanitaire international», affirmant que «cela n’a rien à voir avec l’autodéfense». L’entité sioniste envisage, selon des sources médiatiques crédibles, d’augmenter le budget du ministère des Colonies d’un montant de plus de 375 millions de shekels, y compris un budget destiné à encourager la migration des sionistes vers de nouvelles colonies. Selon les autorités palestiniennes, plus de 600 000 sionistes, en violation du droit international, se sont établis dans des colonies illégales à El-Qods-Est et en Cisjordanie occupée. Les forces d’occupation sionistes qui mènent une agression sanglante depuis le 7 octobre dernier contre la bande de Ghaza et la Cisjordanie, faisant 15 000 martyrs et plus de 35 000 blessés, est en train d’empêcher 1,7 million de Palestiniens, évacués de force, de regagner leurs maisons et biens durant la trêve humanitaire, entrée en vigueur vendredi.

Le chef de la diplomatie chinoise présidera demain une réunion de haut niveau sur la Palestine
Le Conseil de sécurité de l’ONU, sous la présidence de la Chine pour le mois de novembre, tiendra demain une réunion de haut niveau sur les derniers développements en Palestine, a annoncé, hier, le ministère des Affaires étrangères chinois. «Assumant la présidence tournante du Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci, la Chine tiendra une réunion de haut niveau sur la question palestinienne le 29 novembre», a déclaré le porte-parole du ministère, Wang Wenbin, ajoutant que le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, présiderait la réunion en personne. Pékin espère que la réunion de cette semaine parviendra à un accord sur «un cessez-le-feu (…)» et pourra «contribuer à alléger la crise humanitaire à Ghaza», a poursuivi le porte-parole, selon des médias. Meriem B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img