13.9 C
Alger
mercredi 7 décembre 2022

Gaz naturel : L’ensemble des approvisionnements de l’Espagne assuré à travers Medgaz

L’Algérie ne dépendra plus du Maroc pour l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel.

Par Massi Salami

Désormais, l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien sera assuré à travers le gazoduc Medgaz, a indiqué, jeudi à Alger, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, mettant en exergue le récent projet d’extension de la capacité de ce gazoduc reliant directement les deux pays. Arkab, qui a reçu, au siège de son département ministériel l’ambassadeur d’Espagne en Algérie, Fernando Moran, a affirmé «l’engagement total de l’Algérie de couvrir l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel à travers le Medgaz», a indiqué un communiqué du ministère. Ainsi, l’Algérie n’aura plus à recourir au gazoduc Maghreb-Europe qui alimente l’Espagne et le Portugal via le Maroc. L’Algérie a décidé d’abandonner ce gazoduc dont le contrat s’achève le 31 octobre prochain. Lors de la rencontre de Mohamed Arkab avec l’ambassadeur d’Espagne, les deux parties ont examiné les relations de coopération entre les deux pays dans le domaine de l’énergie, «qualifiées d’excellentes, notamment celles relatives à l’approvisionnement en gaz naturel du marché espagnol à partir d’Algérie», a indiqué le même communiqué. M. Arkab a rappelé «les efforts déployés par l’Algérie pour garantir la sécurité des approvisionnements en gaz naturel du marché espagnol, à travers les importants investissements consentis pour acheminer dans les meilleures conditions le gaz naturel sur ce marché». Il a, à ce titre, «mis en exergue les récents projets initiés, à l’image du projet d’extension de la capacité du gazoduc Medgaz reliant directement l’Algérie à l’Espagne». Le ministre de l’Energie a également mis l’accent sur les capacités dont dispose l’Algérie pour répondre à la demande en gaz «de plus en plus croissante» des marchés européens et plus particulièrement le marché espagnol et ce, grâce à la flexibilité en termes de capacités de liquéfaction dont le pays dispose. Comme il a abordé la nouvelle loi sur les hydrocarbures et sa portée sur le partenariat, invitant les compagnies espagnoles à renforcer davantage leur présence en Algérie et bénéficier des avantages offerts par la nouvelle législation.

Pour la concrétisation du projet de gazoduc transsaharien
Par ailleurs, Mohamed Arkab, dans un discours, jeudi, à l’occasion d’une rencontre avec la délégation de l’Institut national des études politiques et stratégiques du Nigeria (NIPSS), qui effectue une visite dans le pays, a indiqué que l’Algérie accorde un intérêt particulier à la concrétisation «rapide» du projet de gazoduc transsaharien (TSGP) visant à connecter les gisements de gaz naturel nigérians à l’Europe via le réseau de gazoduc algérien.
«Nous accordons un intérêt particulier à la concrétisation rapide de cet important projet qui donnera un nouvel élan aux relations entre nos deux pays, en termes de coopération technique et de renforcement des capacités», a-t-il souligné. Ceci, a-t-il dit, induira des retombées socio-économiques importantes dans les pays de transit, dans le respect de la protection de l’environnement et du développement durable. A cet effet, le ministre a réitéré le souhait de la partie algérienne de voir le Nigeria ratifier l’accord intergouvernemental relatif au projet TSGP signé en 2009 à Abuja. Le projet est inscrit au programme du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), a-t-il fait savoir. «Nous devrons œuvrer ensemble pour construire l’avenir énergétique de l’Afrique, à travers le renforcement des relations bilatérales», a-t-il plaidé, tout en relevant «les importantes ressources énergétiques dont disposent les deux pays», leur permettant de développer de nombreux projets d’intérêt commun.
M. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img