17.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Gaz naturel L’Algérie apte à devenir un grand pôle industriel dans la région

A la faveur des avantages comparatifs qu’offre le gaz naturel, véritable «allié de la transition énergétique», l’Algérie pourrait attirer industriels internationaux et se positionner en un grand pôle industriel dans la région. C’est ce qu’a affirmé le Professeur Noureddine Yassaa, Commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique (CEREFE).
«La coexistence du gaz naturel et de l’énergie solaire en abondance, et sa position géostratégique fait de l’Algérie une destination de choix pour devenir un grand pôle industriel dans la région», a-t-il souligné dans un entretien à l’APS. Et pour cause, il évoquera la délocalisation, dans le monde, de certaines industries en raison de la crise énergétique. Ce qui pour lui profitera à l’Algérie qui pourrait être un centre pour l’implantation de ces industries. Détaillant son argumentaire, le Pr Yassa a indiqué qu’il s’agit notamment d’un potentiel de projets relevant des «secteurs industriels stratégiques pour le développement économique de notre pays», soulignant que la nouvelle approche consistait à valoriser les ressources énergétiques nationales, fossiles ou renouvelables localement, en créant de la valeur ajoutée, de la richesse et de l’emploi dans le cadre d’une politique de diversification de l’économie. En d’autres termes, pour le Pr Noureddine Yassaa, cette approche «favorise l’exportation des produits dérivés ou manufacturés au lieu d’exporter le gaz naturel brut, en incitant nos partenaires industriels étrangers à s’implanter dans notre pays en bénéficiant de l’accès à une énergie abondante, abordable, propre et durable ainsi qu’aux avantages accordés dans le cadre du nouveau code de l’investissement». Aussi, a-t-il ajouté, les volumes de gaz ainsi dégagés continueront à approvisionner les partenaires conformément aux engagements en la matière. En outre, insistant sur le rôle central du gaz naturel comme «allié incontournable» des énergies renouvelables, notamment en Algérie qui mise sur la diversification de son économie, il a affirmé que ces futurs projets d’investissement pourraient être concrétisés dans divers créneaux à forte valeur ajoutée, dont l’industrie mécanique, les giga-factories dans l’industrie solaire, la fabrication de batteries, l’industrie de pointe et les semi-conducteurs. De plus, les data-centers, les clouds et autres, qui sont énergivores, peuvent ainsi bénéficier de l’abondance de l’énergie propre et durable en Algérie, a-t-il relevé. Le Pr Yassaa a également souligné l’intérêt pour l’Algérie de déployer massivement les énergies renouvelables, compte tenu des potentialités qu’elle recèle, dont l’objectif stratégique est de diversifier les ressources énergétiques nationales et assurer sa sécurité énergétique à long terme, de façon à préserver le gaz naturel en tant que levier de création de la valeur ajoutée. Dans ce contexte, le Commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, considérant que «le gaz naturel a toute sa place dans le système énergétique mondial», a soutenu que «toutes les projections crédibles montrent que le couple gaz naturel-énergie solaire occupe une place répondante dans le futur système énergétique mondial». C’est pourquoi, a-t-il argumenté, «en attendant le développement des technologies de stockage à grande échelle, notamment les batteries de stockage et l’hydrogène vert, le gaz naturel permettra aux énergies renouvelables intermittentes, solaire et éolienne, de se développer tout en assurant la stabilité et la fiabilité des services énergétiques».
Par ailleurs, interrogé sur le Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) qu’abritera Alger du 28 février en cours jusqu’au 2 mars prochain, il a estimé que cet évènement constitue une opportunité pour affirmer que «le gaz naturel a toute sa place dans le système énergétique mondial, d’autant plus qu’il permet d’atteindre le triple objectif : sécurité énergétique, croissance économique et protection de l’environnement». En outre, pour le Pr Yassaa, le Sommet d’Alger ainsi que ses réunions connexes s’inscrivent en droite ligne avec les préoccupations internationales liées à la sécurité et la souveraineté énergétiques et l’accès universel à l’énergie, conformément aux objectifs de développement durable et d’éradication de la pauvreté. Et pour cause, a-t-il appuyé, le gaz naturel associé aux énergies renouvelables permettra de lutter contre la pauvreté énergétique, notamment dans le continent africain où plus de 600 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’énergie moderne.

Arkab remet une lettre du Président Tebboune à son homologue irakien
Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a été reçu, hier à Baghdad (Irak), en qualité d’envoyé spécial du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, par le président irakien, Abdelatif Djamel Rashid.
A ce titre, remettant à son hôte une lettre du Président Tebboune, Arkab a transmis «les salutations fraternelles de Monsieur le président de la République à son frère, le président de la République d’Irak, M. Abdelatif Djamel Rashid», a écrit un communiqué du MEM.
Lynda Naili

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img