18.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Formation professionnelle: La plupart des diplômés trouvent du travail

La plupart des jeunes diplômés de la formation professionnelles ne trouvent pas de problème à être embauchés. Selon le directeur général de l’Office national de développement de la formation continue et sa promotion, Slimane Djoudi, 64 % des jeunes diplômés des centres et instituts de formation relevant du secteur de la Formation et de l’Enseignement professionnels sont intégrés dans le marché du travail de manière définitive ou momentanée, ou en créant des petites et moyennes entreprises.
S’exprimant, hier, à la Radio nationale Chaîne 1, l’orateur a expliqué que les dispositifs de soutien créés par l’Etat aident dans l’opération d’intégration de manière rapide, arrive en tête l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (Anade, ex-Ansej).
M. Djoudi a affirmé que les programmes d’enseignement et de formation proposés par le secteur se caractérisent par la qualité et répondent aux besoins du marché du travail. Le taux important de diplômés embauchés est un indicateur de l’efficience du système de l’enseignement et de la formation professionnelle en Algérie.
«Nous procédons constamment à l’actualisation des spécialités et des programmes d’enseignement en répondant aux besoins du monde du travail, autant national qu’international. Nous prenons en considération l’avis et l’expérience de nos partenaires étrangers à l’instar de l’Egypte, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Chine le Japon, d’autant que ces pays sont leaders en formation professionnelle», a-t-il expliqué. Concernant les spécialités les plus demandées actuellement, le directeur général de l’Office national de développement de la formation continue et sa promotion a indiqué qu’elles diffèrent d’une région à une autre. Il a affirmé, toutefois, qu’une importante demande est exprimée sur l’informatique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les énergies renouvelables, l’agriculture qu’elle soit végétale ou animale, ainsi que le secteur des services tels que l’hôtellerie et la restauration. M. Djoudi a ajouté que de nouvelles spécialités ont été inclues. Elle sont liées à la production et l’exploitation de l’énergie solaire et éolienne dans nombre de wilayas pour répondre à la demande exprimée et les changement que connaît l’économie nationale. C’est le cas notamment dans les wilayas de Ouargla, Ghardaïa, Béchar, Mila et Alger. Le ministère a également introduit de nouvelles spécialités dans l’exploitation artisanale de l’or à Tindouf et Béchar et ouvert de nouvelles spécialités dans le domaine de l’exploitation des ressources minière «Phosphate» à Tamanrasset, Djanet et Illizi.
Massi Salami

Article récent

Le 28 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img