8.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Foire de la production algérienne : Les entreprises algériennes œuvrent à augmenter le taux d’intégration

Les entreprises algériennes des secteurs public et privé avancent à pas sûrs vers le renforcement de leurs capacités de production en augmentant les taux d’intégration à de plus hauts niveaux, a constaté l’agence nationale de presse lors d’une tournée à la Foire de la production algérienne qui se poursuit jusqu’au 24 décembre au Palais des expositions.

Les représentants de certaines entreprises ont déclaré qu’il était temps de réaliser les objectifs escomptés. A ce propos, le représentant de l’Etablissement de développement de l’industrie automobile à Tiaret, relevant de la direction des industries militaires, le colonel Moustafa Tlemce ni a souligné que cette Foire se veut l’occasion pour « exposer les différents produits, notamment les camions, remorques, véhicules de transport et utilitaires ». L’établissement compte augmenter le taux d’intégration pour l’ensemble des produits industrialisés, a-t-il dit, ajoutant que plusieurs sociétés activant dans le domaine du fer et de l’acier, les pneumatiques, les files électriques et autres ont donné des propositions en la matière. Pour sa part, le représentant de l’Etablissement de construction et de réparation navale (ECRN) de Mers El Kébir (Oran), le commandant Ali El Ouahed Hamza a affirmé que le taux d’intégration variait entre 16 et 25% en fonction du produit final, ajoutant que l’entreprise œuvrait à renforcer ses échanges avec les entreprises nationales en vue d’atteindre, à l’avenir, un taux d’intégration de 100%. De son côté, le colonel Mohamed Faouzi Gharbi, directeur de production à l’EPIC Base centrale logistique (Blida) relevant de l’ANP spécialisée dans la fabrication des pièces de rechange et la réhabilitation des équipements stratégiques de l’ANP et des entreprises publiques et privées, a indiqué que son EPIC « participe à la 30e édition de la foire en vue de mettre en avant ces capacités de production en ce qui concerne les pièces de rechange pour réduire la facture d’importation ». « Le taux de fabrication des pièces de rechange avoisine les 45% en ce qui concerne la rénovation du matériels de guerre et la réhabilitation des équipements stratégiques notamment pour les entreprises à l’instar de Sonatrach, Sonelgaz et l’Algérienne des eaux (ADE) » selon le même responsable, ajoutant que l’entreprise ambitionne d’augmenter ses capacités de production en matière de pièces de rechange. Pour le secteur privé, le directeur d’approvisionnement de « Géant Electronics », Moussa Tiranti a indiqué que l’entreprise œuvrait « fournir un produit 100% algérien », expliquant que cette entreprise ne recourait à l’importation que dans l’absence d’intrants dans le marché local. « Nous avons des groupes industriels et non des unités de montage. Le taux d’intégration est très élevé et nous continuerons dans ce sens pour l’augmenter davantage dans le futur » a-t-il ajouté. De son côté, le chargé de communication de la marque « Stream » des industries électroniques notamment les téléviseurs, Chems Eddine Benamrane a indiqué que le taux d’intégration de l’entreprise oscillait entre 30 et 40%, mettant en avant la présence de son entreprise dans les marchés européens (Espagne, Portugal, Italie) grâce à son potentiel et à la qualité de ses produits. Le directeur commercial de l’entreprise « Ceram Decor » spécialisée dans la céramique, Mokhtari Ilyes a souligné que la foire était une grande occasion pour les entreprises algériennes, toutes spécialités confondues, de faire connaitre leurs produits et leurs services, mais aussi les échanger en vue de parvenir à présenter un produit 100% national, notant que l’entreprise a atteint un taux d’intégration de 30 à 35% et ambitionnait d’atteindre les 50% dans le futur. Même constat pour l’entreprise « Dimel » spécialisée dans le domaine de l’énergie et de l’électricité (éclairage public et panneaux solaires), qui elle aussi a atteint un taux d’intégration de 40 à 50% selon son responsable commercial, Ibrahim Amara. L’ingénieur à la société « Sym – Algeria Ham Motors » spécialisée dans la fabrication des motocycles, Abdelkrim Belguidoum a fait savoir que le taux d’intégration dans cette société dépassait les 26%, estimant que l’extension de l’usine située à Ain Azel (Sétif) allaient permettre d’accroitre ce taux notamment après l’intégration des ateliers de pièces en plastique et de peinture à l’usine.

Meriem B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img