17.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Flou total sur la fixation de la date:La rentrée scolaire renvoyée aux calendes grecques

Après un troisième trimestre blanc sur la saison passée, le premier trimestre de l’actuelle année scolaire risque d’être compromis. Prévue initialement pour le 4 octobre, le ministère de l’Education annonce officiellement le report sine die de la rentrée scolaire 2020/2021.

Par Louisa A. R.

Après un troisième trimestre blanc de la précédente année scolaire, le premier trimestre de l’actuelle année scolaire risque d’être compromis. La décision d’ouvrir les écoles n’est toujours pas prise et pour le moment aucune date fixe n’a été avancée par les autorités concernées. Elle est reportée à une date ultérieure. Elle se fera sur la base des données relatives à la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Considérant cet argument, le bilan quotidien livré par le ministère de la Santé montre une courbe descendante des cas de contamination au coronavirus. A noter que l’ouverture des garderies et maternelles a été autorisée par les autorités concernées.
Selon un arrêté du ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, la rentrée sera fixée «sur la base des décisions des autorités publiques concernées par l’autorisation de la reprise de l’activité des établissements de l’éducation et d’enseignement publics et privés». Les dispositions de l’arrêté 82 du 19 octobre 2019, complétées par l’article 5bis, stipulent que «la fixation de la date de la rentrée scolaire 2020-2021 dans toutes les régions se fera sur la base de la décision des autorités publiques concernées par l’autorisation de la reprise de l’activité des établissements de l’éducation et de l’enseignement publics et privés dans le cadre du système de prévention contre la propagation et la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus, énoncé dans la législation en vigueur».

Les syndicats sont favorables, les parents d’élèves contre…
Pour rappel, les syndicats du secteur de l’Education se sont dits favorables à une telle décision, au vu de la situation sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. La proposition a été faite, rappelons-le, par le Comité scientifique de veille et de suivi de l’épidémie de coronavirus. Reconnaissant que ce report affectera négativement le rythme scolaire et obligera le ministère de l’Education à faire des ajustements aux programmes scolaires et les changements dans le calendrier, que ce soient les vacances ou les examens, ils ont mis en avant la nécessité de fournir tous les moyens matériels et humains pour la réussite de la rentrée scolaire, afin d’assurer l’application du protocole sanitaire au niveau de tous les établissements d’enseignement.
Contrairement aux syndicats du secteur, l’Association nationale des parents d’élèves s’est dit contre le report de le rentrée scolaire. «Nous sommes contre le report de la rentrée scolaire. Elle doit avoir lieu au plus tard à la mi-octobre», a affirmé auparavant son président, Ahmed Khaled. Il a précisé que les échos qui parviennent des parents, aussi bien des grandes villes que de l’intérieur du pays, plaident pour un retour sur les bancs de l’école à brève échéance. Cependant, Khaled Ahmed insiste sur la mise en place d’un protocole sanitaire strict et cohérent avec les moyens dont disposent les établissements scolaires, publics notamment. «Nous soumettrons au ministre de l’Éducation nationale un rapport sur la situation et nos propositions pour la rentrée scolaire», a-t-il indiqué.

L A.R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img