23.9 C
Alger
samedi 24 septembre 2022

Financement des projets dans les énergies renouvelables: Gouvernement et organisations patronales appelés à s’impliquer davantage

La question du financement et de la «bancabilité» des projets dans les énergies renouvelables a été posée lors d’une rencontre en ligne organisée par le club Energia qui a annoncé la reprise de ses activités.

Par Thinhinene Khouchi

«La bancabilité des projets et l’émergence d’un système de financement adéquat sont le préalableau succès de la transition énergétique et du déploiement des énergies renouvelables», a indiquén avant-hier, l’expert en ENR, Mouloud Bakli, dressant un tableau très clair sur cette question lors d’une rencontre en ligne organisée par le club Energia, dans le cadre de la reprise de ses activités. L’expert est longuement revenu sur les voies de financement des énergies renouvelables, indiquant qu’«il est impératif de développer une élite de la structuration et l’ingénierie financière. Les EnR c’est 95 % de compétences dans le financement. La compétence technologie est très minoritaire, c’est une commodité. Sans maîtrise de ce volet critique, il n’y aura pas de bancabilité et donc pas d’énergies renouvelables». Il a expliqué que les projets dans «les énergies renouvelables sont à 80 % et une affaire de montage financier adéquat et agile». Il a ensuite souligné qu’il existe des compétences nationales locales et dans la diaspora qui sont à même d’apporter cette expertise nécessaire au décollage des énergies renouvelables dans notre pays, particulièrement le solaire photovoltaïque et l’éolien. De son côté, intervenant lors de cette rencontre, Boukhalfa Yaïci, directeur général du cluster énergie solaire, a mis l’accent sur le tissu industriel local et sur la contribution du cluster dans l’émergence d’un écosystème favorable au développement des énergies renouvelables. Les intervenants qui ont participé à cette rencontre, à savoir, Thomas Chalumeau de la société financière internationale (groupe banque mondiale, Abdelkrim Dziri, CEO de la JvAlgéro-Espagnole Nerta Solar et Karim Megherbi (Epda), ont abondé dans le même sens. Cette rencontre qui a vu la participation de plusieurs institutions et entreprises du secteur comme le Cerefe, La Creg, le Pnud, Sonelgaz, Milltech, SPS, Group Zergouni, Nerta Solar Algérie, Cobra, PV Magazine, a été clôturée par l’intervention de Nora Guemar de l’entreprise Engie qui a abordé les dernières tendances mondiales de modèles énergétiques durables qui sont annoncées comme en totale rupture avec notre modèle énergétique actuel. Elle a parlé de «Green H2», Power-to-X, CCU (carbon capture usage), e-mobility, stockage… Pour rappel, le Club Energia, de par cette rencontre en light, a annoncé la reprise de ses activités. Le club se présente d’abord comme un think tank porteur d’études et de solutions dans le domaine des énergies renouvelables, ouvert aux opérateurs économiques, aux spécialistes et aux universitaires désireux de s’impliquer dans la dynamique engagée par les décideurs du pays et répondant aux exigences du terrain à court et moyen terme. Il s’inscrit en droite ligne avec le plan d’action du gouvernement qui prévoit un programme de développement des capacités énergétiques de 15 000 MW à l’horizon 2035, dont 4 000 MW seront mis en œuvre au plus tard en 2024. Dans ce contexte le club Energia aspire à donner au programme national des EnR, 3 dimensions essentielles : visibilité, crédibilité, attractivité. Les membres du club ont sollicité, lors de cette rencontre, les organisations patronales et l’Etat algérien afin d’unir leurs voix pour la concrétisation de cette démarche qui a déjà permis le lancement de projets en direction des pays d’Afrique comme le Cameroun.
T. K.

 

Article récent

Le 25 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img