20.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Feux de forêt: Mieux vaut prévenir qu’indemniser…

La directrice de la protection de la faune et de la flore à la Direction générale des forêts (DGF) a assuré, hier, que «le plan de prévention contre les feux de forêt entre dans sa phase finale. Il sera mis en œuvre juste après l’Aïd El Fitr, soit dès le mois de mai prochain», précisant que de nouvelles dispositions ont été prises pour prévenir plus efficacement les feux de forêt durant la prochaine saison estivale.

Par Thinhinane Khouchi

S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, Ilham Kabouya, directrice de la protection de la faune et de la flore à la DGF, a indiqué qu’«afin de prévenir plus efficacement les feux de forêt durant la prochaine saison estivale, de nouvelles dispositions ont été prises par la DGF, notamment l’implication des habitants situés à proximité des massifs forestiers dans les premières interventions contre les incendies». Elle a précisé que «ces dispositions consistent en premier lieu à faire bénéficier les jeunes habitants des villages situés à proximité des massifs forestiers d’une formation pour qu’ils puissent entamer la première intervention contre les feux de forêt et protéger ainsi leurs vergers ou leurs terrains agricoles». En plus de cette mesure, les walis ont été instruits depuis plusieurs mois à l’effet d’installer au niveau des massifs forestiers des points d’eau additionnels pour permettre aux hélicoptères et à certains avions bombardiers de s’approvisionner en cas d’incendie, a ajouté Kabouya. S’agissant des autres mesures prises pour prévenir les incendies, l’invitée de la Chaîne 3 a mis en exergue l’importance de l’élargissement de la cartographie des incendies pour englober tout le territoire national. «Le pays détient une cartographie déjà existante, mais qui a besoin d’être élargie notamment par l’amélioration des cartes de sensibilité aux incendies des forêt et l’amélioration de la surveillance par rapport à l’alerte», a expliqué l’intervenante. Dans le même cadre, elle a souligné que la cartographie existante comporte les zones de sensibilité aux incendies de forêt basées sur la récurrence des feux, précisant que des mesures sont en cours en coordination avec l’Office national de la météorologie pour élargir cette cartographie. La responsable auprès de la DGF a estimé, en outre, que l’installation de caméras de surveillance dans certains massifs forestiers éloignés serait bénéfique et pourrait prévenir les feux de forêt. Cette mesure viendrait compléter la surveillance effectuée à travers les postes de vigie, notamment dans certains sites éloignés, a-t-elle fait observer. Tout en assurant que le nombre des saisonniers demeure encore «inférieur aux besoins», Kabouya a loué «la participation active des Scouts musulmans algériens dans les actions de prévention, à travers la mise en place de campements dans les massifs forestiers éloignés où ils bénéficient d’une formation, notamment sur les premières interventions à effectuer en cas d’incendie. S’agissant du barrage vert, l’intervenante a affirmé que la réhabilitation de cette bande qui concerne 13 wilayas du pays et environ 7 millions de personnes se fera avec une nouvelle approche consistant à faire impliquer concrètement la population locale. «La nouvelle approche consiste à aller vers la politique agro-pastorale combinant l’agriculture et l’élevage, pour inciter la population qui vit dans ces wilayas à participer activement dans la plantation», a-t-elle expliqué, ce qui va permettre sa réhabilitation et stopper l’avancée du désert. En outre, elle a fait savoir que dans le programme de la DGF, 2021-2024, «nous avons prévu de planter 30 000 hectares. Pour la campagne de cette année, nous avons déjà planté 10 millions de plants». Pour la bonne marche de ce programme ambitieux, Ilham Kabouya a indiqué que «466 conventions ont été signées avec des associations sur 43 wilayas», précisant que «c’est une première et nous allons continuer». L’intervenante a souligné que «des parcelles de terrain, dans le domaine forestier national, ont été mises à disposition des associations», expliquant que c’est la DGF qui assure la fourniture des plants et un encadrement technique. «Il ne suffit pas de mettre des plants en terre, il y a aussi tout le suivi qui se fait par la suite et c’est ce qui va assurer la réussite de ces plantations et la pérennité de nos forêts», a déclaré la spécialiste, soulignant que «le rôle de la société civile est aujourd’hui prépondérant, car l’administration forestière ne peut pas tout faire toute seule».

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img