4.9 C
Alger
mercredi 8 février 2023

Festival national du théâtre comique: Des thèmes variés pour un public nombreux

La maison de la culture Hassan-El-Hassani de Médéa accueille depuis dimanche la nouvelle édition du Festival national du théâtre comique. A l’instar des représentations théâtrales en compétition officielle, le public est invité à des rencontres débats, des ateliers de formation et des spectacles de rue. En effet, depuis le début de cette édition, le public est toujours nombreux pour assister aux pièces théâtrales proposées.

Par Abla Selles

Ce public qui attendait avec impatience l’ouverture de cette édition assiste aussi aux conférences et rencontres débats et participe à son tour avec des questions. Les amateurs de théâtre comique ont eu rendez-vous avec les pièces «Bentoura Spéciale» (Peinture spéciale) et «Mikanizma» (Mécanisme), à l’affiche de la première journée du festival, un moment très attendu par le public médéen pour, à la fois, s’évader et rire.
Le top départ de la compétition pour la «Grappe d’Or» est donné par la troupe de la coopérative culturelle «Tahtika» » de la ville d’El-Eulma, avec la pièce «Bentoura Spéciale», une comédie satirique écrite par Bilal Laraba, mise en scène par Sofiane Attia, interprétée par le duo Bilal Chorfa et Attef Kermiche. La pièce traite de l’opportunisme et du désir de s’attirer les faveurs des personnes au rang social élevé, et de la façon de parvenir à profiter de la proximité des gens occupant des postes de responsabilité pour améliorer sa condition sociale.
La pièce est parvenue à capter l’attention du public, et les comédiens Billal Chorfa et Attef Kermiche ont réussi à faire bonne impression aux passionnés de théâtre qui les ont longuement ovationnés à la fin du spectacle.
Les comédiens de l’association culturelle «El-Moustakbel» de Mascara, programmés pour la séance de nuit, ont présenté la pièce «Mikanizma», avec un jeu subtile du quatuor de comédiens Mansour Benaouf Younes, Badreddine Kamel Boumaaza, Ouarlis Batoul et Fatma Ahmed Setti.
Adaptée de l’œuvre du célèbre homme de lettres égyptien Tewfik El-Hakim, «Ourid An Aktoul» (Je veux tuer), «Mikanizma» a été mise en scène par Kada Tati. La pièce raconte la mésaventure vécue par un jeune couple qui vit dans le bonheur, mais dont la vie sera entièrement chamboulée suite à l’intrusion d’une tierce personne, une voisine en l’occurrence, qui va tout mettre en œuvre pour briser cette vie de couple, à coup de ruses, de mensonges, de menaces et de chantage.
Le théâtre de rue a enregistré, lors de cette édition, une forte affluence du public. Il s’agit de représentations théâtrales exécutées à l’extérieur des salles de spectacles, considérées comme une «alternative qui s’offre au public pour garder le lien avec le théâtre et profiter de sa magie», a indiqué le comédien et dramaturge Rabie Guechi, en marge de ce rendez-vous artistique.
Des ateliers de formation en scénographie et écriture dramatique sont aussi au programme du festival, outre des rencontres-débats sur le parcours de comédiens ayant laissé leur empreinte sur la scène théâtrale nationale.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img