11.9 C
Alger
lundi 6 février 2023

Festival international du film d’Alger: Archives filmiques sur la Révolution algérienne, un héritage à valoriser

A l’instar des projections filmiques prévues lors de la onzième édition du Festival international du film d’Alger, des rencontres débats sont animées par les professionnels de cet art. Dimanche, des chercheurs et cinéastes algériens ont appelé à «valoriser les archives filmiques sur la Révolution algérienne», précisant que cet héritage culturel constitue un «fonds documentaire» et une «ressource inépuisable» pour l’écriture de l’histoire de l’Algérie sous le joug colonial.

Par Abla Selles
Intervenant lors d’un focus sur le 60e anniversaire de l’indépendance, en marge du 11e Festival international du film d’Alger (Fica), l’historien Fouad Soufi a souligné que les «fictions qui traitent de la guerre de libération peuvent constituer une ressource pour les historiens qui travaillent sur cette période».
«Les films donnent une vision de l’histoire de la période coloniale de l’Algérie et contribuent à restituer une partie de notre mémoire», explique le chercheur en citant «La bataille d’Alger» qui a servi à restituer certains aspects historiques de cette période.
Le film «Hassan Terro» de Mohamed-Lakhdar Hamina, appuie-t-il, donne un aperçu de la «réalité sociale et historique de l’Algérie durant la colonisation française à travers le personnage de Rouiched qui a pu surmonter sa peur pour devenir un héros».
Cet ancien cadre des Archives nationales a relevé également que ce chef-d’œuvre du cinéma de l’Algérie indépendante «renseigne sur le vécu social des Algériens, le style vestimentaire et les traditions populaires de manière générale». Il regrette, cependant, que les archives filmiques sur la guerre de Libération, «conservées au musée de la Cinémathèque algérienne, ne profitent pas à l’écriture de l’histoire et à la recherche».
Pour sa part, le réalisateur et producteur Ali Fateh Ayadi a mis en exergue l’importance de «revaloriser les archives filmiques consacrées à la restitution de faits et événements historiques phares de l’Algérie».
Pour lui, les films et documentaires sont une «ressource importante» pour réhabiliter une partie de notre mémoire, que la colonisation avait tenté d’effacer.
Auteur de plusieurs documentaires sur des figures historiques et acteurs révolutionnaires, Ali Fateh Ayadi a affirmé que ses nombreuses productions sur l’Histoire de l’Algérie méritaient d’être exploitées comme matière historique et une référence pour les chercheurs en histoire.
En hommage au réalisateur disparu en février dernier, Djamel Bendedouche, un extrait de son documentaire sur le capitaine bulgare Vassil Valtchanov, qui a réussi en 1960 à transporter une cargaison d’armes, destinée aux combattants de l’ALN (Armée de libération nationale), depuis son pays.
Des focus thématiques dédiés notamment à la mémoire et à l’histoire sont programmés en marge de la projection de films en compétition au 11e Fica qui se poursuit jusqu’au 10 décembre.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img