12 C
Alger
dimanche 18 avril 2021

Festival international de musique andalouse: L’évènement bien accueilli par les artistes et les mélomanes

La reprise des évènements internationaux se poursuit en mode virtuel en cette période de crise sanitaire, offrant aux passionnés des arts l’opportunité d’assister à des projections filmiques et des spectacles de musique. Le Festival international de musique andalouse est une de ces manifestations artistiques qui a choisi d’offrir à son public des moments de joie et d’émotions.

Par Adéla S.

Organisé depuis le 3 avril courant, cet évènement se poursuit jusqu’au 10 du même mois. Un programme musical riche et varié a été concocté à cette occasion.
Les soirées sont diffusées à partir de quatre villes, dont Alger (villa Dar Abdeltif), Paris (Centre culturel algérien), Tlemcen (en partenariat avec le Centre des études andalouses Tlemcen & la maison de la culture de Tlemcen) et Oran (en partenariat avec l’Opéra d’Oran).
La particularité de cette édition réside dans les voix choisies pour interpréter des textes inédits et des chansons connues du patrimoine andalou.
La soirée inaugurale était animée par l’interprète de musique andalouse Esma Alla. Cette jeune artiste qui a réussi à faire tourner tous les regards dès ses toutes premières scènes, était encouragée lors de ce spectacle par un grand nombre de messages de mélomanes et d’artistes. «Esma Alla tu nous épates», avait écrit l’artiste Zahia Benzengli. Quant au chef d’orchestre Djawad Kara, il a écrit : «Un vrai régal auditif». Cette jeune artiste a commencé à chanter dès l’âge de sept ans au sein de l’association El Andaloussia de Sidi Bel-Abbès. Depuis, elle ne s’est jamais arrêtée. Elle enchaîne ensuite avec l’association El Inchirah sous la direction de M. Smain Hini qui l’adopta très rapidement. Cette interprète de musique arabo-andalouse a participé à plusieurs manifestations nationales et internationales en tant que soliste. La deuxième soirée de ce festival était animée par l’artiste Imène Sahir à partir de Paris. Ayant grandi dans un milieu de mélomanes, cet artiste qui a réussi à se faire un nom sur la scène artistique, est une ancienne sociétaire de l’association El Djenadia de Boufarik (1996-2004) et Dar El Gharnatia de Koléa (2004-2008). Imène Sahir, qui a honoré l’art et la culture algérienne dans plusieurs pays du monde, a pris jusqu’au mois de mars 2020 la direction artistique de l’association culturelle et musicale «El Motribia» de la ville de Blida.
Hier, une conférence sur la musique andalouse et son évolution au sein de la société moderne était animée par Ben Babaali sur la plateforme numérique de l’évènement. Des spécialistes et des artistes ont participé à cette rencontre virtuelle et chacun a proposé ses idées. Un atelier de chant arabo-andalou animé par Rabie Houti était diffusé en direct.
Il faut savoir que les associations artistiques «Les Merles» d’Alger et «Ensemble Es-saphir de Andalus’na» ainsi que Cheikh Hami Sebbane et Imad Mourou, prennent part à cet évènement qui se veut une bouffée d’oxygène pour les mélomanes de la musique andalouse.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img