8 C
Alger
vendredi 4 décembre 2020

Festival du film de Lugano: «Le mur, la blessure du Sahara» au programme

Le Sahara occidental a été au rendez-vous du Festival du film des droits humains de Lugano (Suisse) avec le court-métrage «Le mur, la blessure du Sahara» qui retrace le vécu dramatique du peuple sahraoui sous l’occupation marocaine depuis plus de 40 ans. Réalisé par Gilberto Mastromatteo, journaliste italien, en collaboration avec Fiorella Bendoni, réalisatrice italienne, le film-documentaire intitulé «Le mur, la blessure du Sahara» a été produit par l’association de solidarité avec le peuple sahraoui, Ben Slout Larbi de Sesto Fiorentino (ville italienne) sous le parrainage de l’ONG Amnesty International. Ce travail cinématographique qui vise à établir une description minutieuse des souffrances du peuple sahraoui dans les territoires occupés, a été présenté samedi au cinéma Plaza de Mendrisio (Suisse) dans le cadre du Festival du film des droits humains de Lugano. Le court-métrage qui raconte le drame des populations sahraouies, sera présenté également lors d’autres manifestations à travers le monde, a fait savoir le réalisateur. Dans une courte entrevue accordée au quotidien italien «Corriere Adriatico», Mastromatteo a présenté la genèse du conflit du Sahara occidental et un récapitulatif des efforts consentis par la communauté internationale en vue de permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination. Le Sahara occidental est un territoire colonisé jusqu’en 1975 par l’Espagne qui quitte cette colonie après la mort du président Francisco Franco. La même année, le Sahara occidental subit l’invasion militaire illégale du Maroc. Suite à cela, certains Sahraouis, des milliers, ont dû fuir pour se réfugier dans des camps de réfugiés, d’autres y sont restés pour lutter contre la domination marocaine. En 1991, le Front polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, et le Maroc ont signé un accord de cessez-le-feu voulu par les Nations unies, préalable à un référendum d’autodétermination qui n’a pas encore eu lieu. Dans cette entrevue, le réalisateur a souligné, par ailleurs, que la question sahraouie a atteint un degré de gravité en 1980 lorsque les autorités avaient décidé
d’ériger «Un mur de sable de 2 720 km de long, qui n’est dépassé en longueur que par la Grande Muraille de Chine». Autour du mur, elles placent plus de 5 millions de mines antipersonnel et antichar : «Le plus grand champ de mines du monde». Par la même occasion, le réalisateur a évoqué aussi la question des prisonniers politiques sahraouis, les principaux leaders du camp de la liberté de Gdeim Izik, un camp érigé à Laâyoune occupée entre octobre et novembre 2010, en faveur de l’autodétermination du Sahara occidental que les autorités marocaines ont démantelé dans la répression et le sang.

M. K.

Article récent

Foot/ Italie- transfert: Slimani dans le viseur de la Salernitana (Série B)

L'attaquant international algérien de Leicester City (Premier league anglaise) Islam Slimani, en manque de temps de jeu, est convoité par le pensionnaire de...
--Pub--

Articles de la catégorie

Exposition virtuelle d’arts plastiques à Tiaret: L’évènement prend une dimension arabe

Une exposition virtuelle d'arts plastiques, organisée par l'Association «Lamassat» (touches) d'arts et de créativité de Tiaret, a suscité un fort intérêt de la part...

Dima Cinéma: Appel à candidature pour films

La violence est un puissant générateur d'émotions, et à l'heure où les violences faites aux femmes font débat comme jamais en Algérie, il nous...

Un Goncourt pas comme les autres: Hervé Le Tellier sacré pour «L’Anomalie»

Hervé Le Tellier a remporté lundi le Goncourt pour son roman «L'Anomalie». Il ne pouvait mieux tomber dans une ère troublée par le Covid-19,...

Création culturelle: Les nouvelles pièces théâtrales seront diffusées en ligne

La période de confinement imposée comme mesure de prévention contre le Covid-19 a vu l’annulation de toutes les activités culturelles. Pour redynamiser la vie...
- Advertisement -