25.9 C
Alger
vendredi 19 août 2022

Festival du film d’Amman: «La main de Meriem» de Yahia Mouzahem en lice

Contrairement aux éditions précédentes, le Festival international de cinématographie d’Amman qui débutera le 31 du mois d’août courant enregistre une participation algérienne très timide. Seul le long-métrage «La main de Meriem» de Yahia Mouzahem représente le pays lors de ce rendez-vous filmique.

Par Abla Selles

Des productions cinématographiques de haut niveau ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années. Il y en a même qui ont pu décrocher de prestigieux prix lors des festivités internationales. Cependant et contrairement aux éditions précédentes, le Festival international de cinématographie d’Amman, qui débutera le 31 du mois d’août courant, enregistre une participation algérienne très timide. En effet, l’Algérie sera représentée lors de ce rendez-vous international avec un seul film, à savoir «La main de Meriem» de Yahia Mouzahem.
Ce long métrage est le premier film algérien à participer au portail de commercialisation au titre de la deuxième édition des «Journées d’Amman pour les réalisateurs de films» et à concourir pour le Prix du «Soutien du développement et de la post-production».
Le Festival a annoncé dimanche sur son site électronique «la sélection de 13 projets sur 45 propositions de participation au portail de commercialisation de la deuxième édition des Journées d’Amman pour les réalisateurs de films».
Si le long métrage algérien remporte le prix, note la même source, «il obtiendra un siège dans le portail de ‘’la post-production’’ lors des Journées des réalisateurs organisées dans le cadre du Festival du film arabe de Malmo», mais également d’«un soutien de 21 000 USD pour la phase de post-production et d’un minimum de garanties en contrepartie de droits de distribution et de vente dans le monde arabe».
La présidente du festival, Nada Doumani, a déclaré que «plus de 51 films de 26 pays du Monde arabe et au-delà seront projetés lors de cette édition». Plusieurs thèmes, dont la diaspora, l’auto-examen et l’audace, seront abordés lors de ce rendez-vous filmique.
Le premier jour de cet évènement sera marqué par la projection de «Mon Amour» (2020) du duo palestinien Tarzan et la satire d’Arab Nasser Gaza. Le film qui a fait sa première au Festival du film de Venise l’année dernière, relate l’histoire d’un pêcheur amoureux.
Il est à noter que quatre films seront présentés en avant-première mondiale lors de cette manifestation filmique, dont le documentaire tunisien «Manca Moro» (2020), le long-métrage «Skies of Lebanon» (2020) de la réalisatrice et animatrice franco-libanaise Chloé Mazlo et autres. L’Algérie avait l’habitude de prendre part à cet évènement avec un nombre important de films. Mais pour des raisons qui n’ont pas été dévoilées, la participation algérienne est réduite à un seul film.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img