10.9 C
Alger
samedi 24 février 2024

Fermeté

 

S’il y a quelques années en France de nombreux incidents avaient été déplorés dans les écoles lors des hommages rendus à Samuel Paty au lendemain de son assassinat par un islamiste, peu de sanctions avaient été prises. Aujourd’hui, le nouveau ministre de l’Éducation a affirmé sa vision en déclarant que désormais touts dérapages serait sévèrement puni. À la triste occasion de l’hommage rendu à Dominique Bernard, tué lui aussi par un islamiste le 13 octobre dernier, le jeune ministre Gabriel Attal a pu prouver sa détermination. Un total de 605 sanctions, dont 85 exclusions définitives de l’établissement scolaire, ont ainsi été prononcées lors de conseils de discipline après les incidents qui ont émaillé les hommages aux professeurs Dominique Bernard tué à Arras et à Samuel Paty mi-octobre, a annoncé jeudi 23 novembre le ministre. Il y a eu 454 exclusions au total : 85 exclusions définitives de l’établissement, 322 temporaires et 47 définitives avec sursis, a ajouté le ministère de l’Éducation dans un communiqué. Pour les actes de contestation ou perturbation les plus graves, des mesures d’éloignement de l’établissement à titre conservatoire avaient été décidées dès le 16 octobre, date de l’hommage. Les conseils de discipline qui ont suivi ont décidé des sanctions allant d’un avertissement ou un blâme (huit élèves) à l’exclusion définitive de l’établissement. « Ces sanctions, c’est d’abord un engagement tenu. Celui que j’avais pris devant les Français de ne rien laisser passer, au nom de la mémoire de Dominique Bernard et de Samuel Paty, et de l’indispensable respect de l’autorité à l’école », a déclaré Gabriel Attal, cité dans le communiqué. « Par ailleurs, ces résultats sans précédent par le passé sont la preuve que nous tournons bel et bien la page du “Pas de vague” », a-t-il ajouté. Le ministre de l’Éducation avait déjà fait état le 19 octobre d’« un peu plus de 500 » incidents notifiés par les chefs d’établissement pendant la minute de silence observée dans les collèges et lycées lors de l’hommage à Dominique Bernard, tué dans une attaque jihadiste à Arras (Pas-de-Calais) le 13 octobre, et Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par un jeune radicalisé. « Systématiquement, on saisit le procureur de la République » et « on engage des procédures disciplinaires », avait-il dit. « Dans les cas les plus graves, j’ai demandé aux chefs d’établissement que ces élèves soient exclus à titre conservatoire, sans attendre le conseil de discipline ». Des conseils de discipline, saisis par les chefs d’établissements, se sont tenus à partir de la rentrée des vacances de la Toussaint. Ainsi après des décennies d’une politique très laxiste le ministère de l’Éducation a décidé que cette stratégie ne fonctionnait visiblement pas, la situation étant de plus en plus dramatique dans les écoles françaises et qu’un regain de fermeté est désormais nécessaire. Reste à voir si ces sanctions auront un effet dissuasif auprès du corps étudiant et si dans les années à venir un véritable changement positif pourra être observé.

Fouzia Mahmoudi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img