5.9 C
Alger
dimanche 27 novembre 2022

«Fayla» de Abdelmoaiz Farhi, paru chez Casbah éditions: Un roman d’horreur à découvrir

Le jeune auteur Abdelmoaiz Farhi vient de signer son deuxième roman chez Casbah éditions. Intitulé «Fayla», ce livre d’horreur porte des messages humanitaires en racontant le combat éternel entre le bien et le mal, la vengeance et le pardon.

Par Abla Selles
Les évènements de cette histoire se sont déroulés dans «la rue des Combattants», un quartier à Constantine. Il s’agit d’une femme qui revient d’outre-tombe. Cette femme, qui a été assassinée pour avoir voulu «protéger une personne d’un mal sûr», s’est retrouvée elle-même victime. Avant son assassinat, Fayla était une femme malheureuse qui cherchait à vivre dans le calme et la sérénité. Voir Ahmed, le fils des voisins qui lui ont toujours fait du bien, entamer une relation avec son enseignante lui a paru injuste et elle a voulu le dénoncer à ses parents. Cependant, après une dispute entre les trois (Ahmed, l’enseignante et Fayla) un accident à causé le décès de la vieille femme. Vingt ans, Fayla revient d’outre-tombe pour se venger contre toutes les personnes qui lui ont causé du mal dans sa vie. Elle s’en prend à leurs enfants, candidats au baccalauréat, et leur a envoyé des démons pour leur pourrir la vie.
Le jour du spectacle où Fayla devait tuer ces jeunes adolescents, le pardon apparaît comme un sentiment plus fort que la haine, la rancune et la vengeance.
Pour faire vivre aux lecteurs les évènements de cette histoire, Abdelmoaiz Farhi a choisi un lieu connu à Constantine, «la rue des Combattants». Il s’agit d’un quartier artier calme où se trouve jusqu’à aujourd’hui des villas coloniales dont quelques-unes ne sont pas habitées. La description des lieux est brève, mais le calme cathédral de la rue faisait trop peur aux jeunes qui y venaient pour les cours de soutien scolaire. Il y a aussi ces êtres surnaturels qui sèment la peur dans la région.
Un autre élément de la réalité qui nous rapproche de l’histoire est le quotidien des jeunes, leurs intérêts, leurs projets. Ce sont des jeunes de notre époque qui sont trop accrochés à leur Smartphone, micro-portable, le sport. Ces moyens de communications ont beaucoup aidé l’auteur à s’approfondir dans l’imagination et l’horreur. Il y a aussi les mots utilisés qui sont simples, précis, clairs et très courants entre la jeune génération.
Il est à noter que Fayla est le deuxième roman de Abdelmoaiz Farhi. Il avait déjà publié «A 19 heures mon amour» qui a connu un succès.
Fayla, roman de 157 pages édité par Casbah éditions est vendu à 700 DA.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img