26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Fawzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur au sujet du vaccin anti-Covid : «L’Algérie est en contact avec cinq laboratoires internationaux»

Après les accords avec la Russie et la Chine pour l’acquisition du vaccin, l’Algérie est en contact avec d’autres laboratoires internationaux produisant des vaccins anti-covid.

Par Louisa Ait Ramdane
Lors de son passage, hier, à radio Chaîne 3, le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Fawzi Derrar, a révélé que l’Algérie a établi des contacts avec 5 laboratoires internationaux produisant des vaccins anti-Covid. Se voulant rassurant, il a indiqué qu’aucun vaccin constituant un danger pour eux ne sera importé et que la santé des Algériens est une priorité. Il a également souligné que l’Algérie avait entamé des négociations avec plusieurs pays amis comme la Chine, pour importer des expéditions supplémentaires du vaccin.
Avec la réception de nouvelles doses qui permettra de renforcer l’immunité, le programme de vaccination sera renforcé avec le temps et sera augmenté, a-t-il rassuré. Derrar, qui a commenté le vaccin russe, rassure les Algériens sur son efficacité. «Le vaccin deviendra plus efficace après la deuxième dose», a-t-il rassuré, rappelant que «certains ont déclaré que le vaccin Spoutnik-V était destiné au tiers monde et, aujourd’hui, il s’est avéré faire partie des meilleurs vaccinations».
Affirmant que l’Algérie n’est pas en retard dans le lancement du processus de vaccination, sachant que plusieurs pays ne sont pas encore en mesure de lancer ce processus, Derrar a souligné que l’Algérie importera des vaccins qui ont des licences urgentes de l’Organisation mondiale de la santé.
Le DG de l’Institut Pasteur d’Algérie a également indiqué que l’accélération du processus mondial de vaccination permettra de restaurer la vie économique mondiale à son état antérieur.
Par ailleurs, Dr Fawzi Derrar a indiqué avant-hier qu’il faut que l’Algérie acquière 40 millions de doses du vaccin anti Covid-19 pour vacciner 75 % de la population et ainsi rompre la chaîne de transmission. «Nous travaillons sur cela pour acquérir le nombre suffisant de doses pour vacciner notre population concernée», a-t-il assuré, rappelant que l’Algérie a réceptionné, le week-end dernier et au cours de cette semaine, 100 000 doses du vaccin anti-Covid, dont 50 000 doses de Spoutnik-V et 50 000 d’AstraZeneca/Oxford.
A la question de savoir comment l’Algérie réussira-t-elle à importer cette quantité de doses, le Dr Derrar a précisé : «Nous avons commencé à discuter les contrats. L’essentiel c’est de débuter durant le 1er trimestre. Vous entamez les premiers mois et vous vous projetez sur le deuxième trimestre pour une cadence plus élevée afin d’augmenter le rythme d’acquisition du vaccin. L’essentiel c’est qu’il ne faut pas arrêter, pour pouvoir avoir de plus en plus de gens vaccinés. C’est ça la stratégie», ajoutant : «Vu le contexte mondial de course pour les vaccins, ce n’est pas étonnant de recevoir 5 millions de doses alors qu’on a commandé 10 millions pour le mois de mars».
Selon lui, «le plus important c’est d’avoir des approvisionnements qui durent dans le temps et qui ne s’arrêtent pas pour une longue durée». «Nous avons engagé des boîtes spécialisées et certifiées dans la chaîne du froid qui ont suivi la sortie des doses de vaccin anti Covid-19 depuis l’usine de production en Russie jusqu’à Alger», a fait savoir le DG de l’IPA. Selon le Dr Derrar, «les boîtes engagées ont des représentants un peu partout dans le monde, notamment en Russie, ce qui nous a permis d’avoir un rapport détaillé sur le taux de température des doses du vaccin, qui est déterminant pour sa sauvegarde».
Concernant les nouvelles variantes de Covid-19 repérées ces derniers temps dans certains pays, il a assuré que les vaccins actuels restent efficaces.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img