25.9 C
Alger
vendredi 19 août 2022

Face aux risques de la rentrée sociale: Le pass sanitaire, ultime solution ?

L’Algérie poursuit son déconfinement à la faveur de la baisse du nombre de contaminations quotidiennes enregistrées. Alors qu’une vaste opération de vaccination a été lancée à travers le pays, des spécialistes ne cessent de répéter que le risque demeure entier.

Par Louisa Ait Ramdane

Certes, une partie de la population s’est déjà faite vaccinée, mais une autre catégorie demeure récalcitrante. A quelques jours de la rentrée sociale, va-t-on voir le pass sanitaire imposé dans les espaces et administrations publics ? Avant-hier, le ministère de la Jeunesse et des Sports a annoncé la réouverture des salles de sport, publiques et privées, au grand public ainsi que la reprise des activités sportives. Ce département ministériel a toutefois décidé d’instaurer l’obligation de présenter un pass sanitaire pour y accéder. D’autres administrations ont aussi pris l’initiative d’exiger la présentation du carnet vaccinal contre le Covid-19, telle que celle de la Justice, la wilaya d’Oran et l’APC de Bab Ezzouar. Ce qui constitue une première et un pas vers le recours à cette solution pour convaincre les réticents de l’utilité de se faire vacciner pour un retour à la normale. Mais aussi afin que la rentrée sociale prochaine soit effectuée dans de bonnes conditions.
Si le nombre d’Algériens jusque-là vaccinés dépasse les 8 millions de personnes, ce chiffre est loin d’être satisfaisant, les autorités publiques voulant atteindre les 70 % pour parvenir à une immunité collective.
Interrogé hier, le directeur général de l’Institut Pasteur Algérie (IPA), Fawzi Derrar, a indiqué que les résultats de l’actuelle campagne sont divergents. «La campagne de vaccination n’est pas encore au niveau escompté, notamment durant les deux derniers jours, et ce, en dépit des moyens sanitaires et logistiques mis en place pour sa réussite», a-t-il déploré sur les ondes de la Radio nationale. La campagne de vaccination en cours visait à atteindre l’objectif de 70 % de la population d’ici la fin de l’année. Dr Derrar n’a pas manqué de lancer un appel pressant pour y adhérer en force afin d’éviter une nouvelle vague de contamination. «La vaccination constitue le moyen le plus sûr pour éviter des situations épidémiologiques dangereuses, à l’instar de cette troisième vague meurtrière qui vient de frapper le pays», a prévenu le DG de l’IPA.
Pour atteindre cet objectif, le ministre de la Santé a insisté sur le grand rôle que vont jouer les secteurs ministériels, de la société civile et du partenaire social qui ont déjà contribué, chacun dans son domaine, à lutter contre la pandémie.
Fawzi Derrar a dévoilé également le nombre total des Algériens ayant été vaccinés contre l’épidémie, et ce, depuis le début de la campagne de vaccination fin janvier de l’année en cours. Ainsi, le DG de l’IPA a indiqué qu’avant-hier il a été enregistré un total de 8,3 millions de vaccinés contre le Covid-19, dont 2 millions ayant reçu les deux doses et 6 millions uniquement la première dose.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img