21.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Face au raz-de-marée Omicron Les mesures, reconduites par le gouvernement, seront-elles suivies ?

Depuis quelque temps les choses se sont corsées, la pandémie est en train de gagner du terrain. Alors que la quatrième vague se confirme, le relâchement des citoyens à l’égard des réflexes sanitaires est pointé du doigt. Selon les spécialistes, ces contaminations sont la conséquence de la propagation du variant Omicron, beaucoup plus contagieux que le Delta, mais aussi d’un certain laxisme étonnant. Le danger est imminent face à une léthargie quasi-générale. Partout où l’on se rend, on remarque un non-respect des mesures sanitaires : pas de port des masques, notamment dans les endroits fermés, pas de respect de la distanciation physique et surtout pas de respect des règles sanitaires les plus élémentaires. A cet effet, le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures mais aussi lancé un énième appel aux Algériens. Cependant, face au raz-de marée Omicron, ces mesures seront-elles suivies ? Rien n’est garanti, surtout qu’on a l’impression que les Algériens ne sont pas conscients et vivent dans leur propre bulle, comme s’ils étaient invincibles et que rien ne pouvait les atteindre ou que la situation ne les concernait pas. Selon un communiqué des services du Premier ministre, «en application des instructions de Monsieur le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des Forces Armées, ministre de la Défense nationale, et au terme des consultations avec le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus (Covid-19) et l’autorité sanitaire, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a décidé des mesures à mettre en œuvre au titre du dispositif de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus (Covid-19)». S’inscrivant toujours dans l’objectif de préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du coronavirus (Covid-19), ces mesures visent, au regard de la situation épidémiologique, à reconduire le dispositif actuel de protection et de prévention pour une période de dix jours. Il reste entendu que les mesures édictées par le président de la République concernant la suspension de l’enseignement dans les trois cycles de l’Education nationale demeurent applicables jusqu’au samedi 29 janvier 2022. Le gouvernement rappelle que le nombre de contaminations enregistré ces derniers jours dépasse celui enregistré au pic de la troisième vague de cette épidémie, ce qui témoigne de la gravité de la situation qui risque de mettre en grande difficulté nos structures hospitalières, lesquelles pourraient atteindre un seuil de saturation. De même que ce rythme de propagation pourrait induire un fort impact sur notre population et chez les personnes les plus vulnérables, particulièrement les personnes non encore vaccinées. Il relève, à cette occasion, que la majorité des cas d’hospitalisation et de décès sont observés chez les sujets non vaccinés et exhorte, à ce titre, les citoyennes et les citoyens à participer massivement aux campagnes de vaccinations lancées sur l’ensemble du territoire national. Le gouvernement, qui a pris la mesure d’interdire jusqu’à nouvel ordre la tenue de tous les séminaires, rencontres et regroupements, appelle aussi les citoyens à éviter tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages, de circoncisions et autres événements. Il les appelle, enfin, «à continuer à observer avec détermination et haut degré de conscience, toutes les consignes et mesures sanitaires de prévention et de protection et à soutenir l’élan de solidarité pour faire face à cette crise sanitaire».

Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img