25.9 C
Alger
vendredi 17 septembre 2021

Face au cri de détresse des malades du Covid : Grande mobilisation pour l’acquisition d’équipements

Alors que la pandémie de Covid-19 s’enflamme et submerge les hôpitaux qui manquent d’oxygène médical pour les patients, la réaction officielle commence à se sentir avec l’annonce de l’importation de concentrateurs d’oxygène dans «les plus brefs délais». Mais en attendant la réception de quantités suffisantes, la solidarité citoyenne
s’intensifie pour tenter de sauver les malades en détresse.

Par Louisa Ait Ramdane

Les hôpitaux connaissent un afflux considérable de malades et font face à une pénurie d’oxygène. De nombreuses personnes tentent de trouver une bouteille d’oxygène pour leurs proches malades, une quête qui se termine souvent en vain. Le manque d’oxygène est flagrant au niveau national devant la hausse fulgurante des cas de contamination. En l’absence des moyens de l’Etat pour la prise en charge des patients du Covid, des appels sont lancés sur les réseaux sociaux par ceux contraints de regarder impuissants leurs proches suffoquer. Ces derniers trouvent souvent écho chez la population. En témoigne la solidarité citoyenne qui est entrée en action. Les initiatives citoyennes se sont donc multipliées pour doter en urgence d’oxygène les hôpitaux dans plusieurs wilayas.
Il aura fallu près d’un mois de cris de détresse des citoyensn’ayant trouvé que les réseaux sociaux pour exprimer leur étouffement pour que les autorités commencent à réagir. La production nationale et les quantités importées n’ont pas suffi pour répondre aux besoins des hôpitaux et le flux des malades. C’est pourquoi de nouvelles quantités de concentrateurs d’oxygène seront importées pour faire face à la crise sanitaire.
Le Premier ministre a lancé son plan d’urgence, faisant état de la commande d’au moins
15 000 concentrateurs et de l’importation de plus de 160 000 litres d’oxygène. Une quantité de concentrateurs d’oxygène a été réceptionnée avant-hier soir par l’armée.

Un million de doses de vaccins et 750 concentrateurs d’oxygène réceptionnés à la base aérienne de Boufarik
L’Algérie a réceptionné, dans la soirée du vendredi, un million de doses de vaccins anti Covid et pas moins de 750 concentrateurs d’oxygène acquis de la Chine. «Deux avions militaires relevant des Forces aériennes ont atterri, la nuit de vendredi, à la base aérienne de Boufarik, avec à leur bord un million de doses de vaccins anti-Covid-19, ainsi que 750 unités d’équipements de concentrateurs d’oxygène acquis de la République populaire de Chine», a indiqué le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. Cette démarche s’inscrit dans le cadre du «renforcement des efforts du système sanitaire national, et afin d’assurer les moyens nécessaires pour la prise en charge des malades touchés par le coronavirus», a précisé le MDN.
D’autres cargaisons de vaccins et de matériel médical nécessaire pour appuyer le système de santé et endiguer la propagation du virus, seront acheminées prochainement, rassure la même source.
Le relâchement et la réticence au vaccin pointés du doigt
Après la deuxième vague de contamination et une accalmie d’une courte durée, le pays s’est laissé aller à un relâchement général. Le port du masque et les règles de distanciation étaient peu appliquées, aussi bien dans les lieux publics que les transports en commun, les magasins et cafétérias, les administrations, plages, cimetières… Les rassemblements de la population dans des fêtes de mariage, les plages, l’Aïd el-Adha,. ont causé beaucoup de dégâts. Les contaminations sont reparties à la hausse. Des records de contaminations jamais atteints auparavant ont été enregistrés, notamment avec le variant Dela qui se propage rapidement. En l’absence d’un contrôle vigoureux de la part des pouvoirs publics et celui des forces de l’ordre, le citoyen a baissé la garde au point d’oublier les ravages de l’épidémie.
La vaccination, elle, a pris du retard avec la réticence de la population et du personnel médical. Ce n’est qu’avec cette nouvelle vague que la panique s’est emparée de la population qui se rue sur les centres de vaccination.

Des explications rassurantes sur l’espacement des doses de vaccination
Pour le Professeur Kamel Djenouhat, en sa qualité de président de la Société algérienne d’immunologie, il n’y a pas lieu de s’inquiéter quant à l’espacement entre les deux doses de vaccin.
Des spécialistes ont évoqué auparavant un risque d’offrir un terrain favorable à l’émergence de nouveaux variants du coronavirus échappant à l’immunité induite par la vaccination. Ce qui a créé la panique et une réticence au vaccin. Se voulant rassurant, le Professeur Djenouhat a tenu à souligner que «l’intervalle entre les deux doses du vaccin anti-Covid, pouvant parfois atteindre deux mois, n’affectera en aucun cas l’efficacité du vaccin». Mieux encore, il a fait remarquer que selon les spécialistes de l’immunologie, «plus les deux doses étaient séparées, meilleure était la réponse immunitaire» Le Pr Djenouhat a également souligné la nécessité de rompre la chaîne de contamination au Covid par la vaccination et de se protéger contre le variant Delta, qui se transmet plus rapidement que l’Alpha de 60 %.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img