37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Exporter 7 milliards de dollars en hors hydrocarbures : L’Algérie s’approche de 95 % de l’objectif fixé

L’Algérie et sur la bonne trajectoire en termes d’exportation hors hydrocarbures. L’objectif d’exporter pour un montant de 7 milliards de dollars en 2022 est sur le point d’être réalisé.

Par Louisa A.R.

L’Algérie s’est fixé comme objectif d’exporter pour 7 milliards de dollars en hors-hydrocarbures en 2022, contre 5 milliards de dollars réalisés en 2021. L’expert en commerce extérieur, Ali Bey Nasri, a estimé que l’Algérie est sur la bonne voie et s’approche de 95 % de l’objectif fixé. «En termes d’exportation hors hydrocarbures, nous sommes sur une bonne trajectoire. L’Algérie s’approche de 95 % de l’objectif fixé en début de l’année 2022, qui est de 7 milliards de dollars», affirme Ali Bey Nasri, expert en commerce extérieur.
Ainsi, les efforts des autorités visent à élargir la base des exportations en dehors des hydrocarbures en encourageant les investissements, notamment étrangers, dans les secteurs et les produits qui sont en forte demande sur le marché mondial. Aussi, la nouvelle loi sur les investissements encouragera les investissements locaux et étrangers et permettra également aux entreprises de se développer dans un environnement plus compétitif.
Cette loi importante prévoit de supprimer tous les obstacles qui entravent la reprise de cette activité afin de donner une impulsion qualitative à l’économie nationale.
La croissance des exportations hors hydrocarbures en Algérie a connu une «reprise qualitative entre 2020 et 2021, passant de 2,3 milliards de dollars à 5 milliards de dollars.
Invité de la rédaction de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, l’intervenant a estimé que «vers la fin de 2022, nous atteindrons les 6 milliards 700 millions de dollars d’exportation hors hydrocarbures», tout en affirmant que «la balance commerciale enregistrera un excédent important par rapport à l’année dernière, si l’on ajoute les 50 milliards de dollars d’exportation pétrolière».
Cela grâce à une augmentation des exportations globales de 37,8 %, se caractérisant par une hausse des exportations d’hydrocarbures de 32 % et des exportations hors hydrocarbures de 83 %, a expliqué le ministre du Commerce, Kamel Rezig, qui a affiché sa satisfaction quant à la hausse des exportations de toutes les filières durant les quatre premiers mois de 2022, à l’instar de celle de l’ordre de
97 % des engrais chimiques azotés avec un montant de 623,49 millions de dollars ou encore la croissance de 125 % des exportations de ciment pour une valeur de 130,94 millions de dollars.
Pour consolider le potentiel de l’Algérie en matière d’exportation, a poursuivi l’expert Ali Bey Nasri, «il est urgent de travailler sur la logistique, à savoir la dimension exportatrice des ports». «Il faut également engager des réformes réglementaires», a-t-il recommandé. Illustrant ses propos, Ali Bey Nasri a donné l’exemple du ciment. «Nous exportons actuellement un demi produit, qui est le clinker. Si le règlement permettait aux cimentiers d’installer des broyeurs à l’extérieur, nous aurions 25 % de valeur ajoutée», a-t-il expliqué, affirmant que cette mesure peut aussi préserver les réserves de change. Le principe pour le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal) : «Tout nouvel investissement, en particulier étranger, doit être orienté vers l’exportation».
L. A. R.

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img