9.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

Expérience

Le grand retour tant attendu de Donald Trump a été gâché cette semaine, d’abord par les résultats en demi-teinte des républicains aux élections de mi-mandat durant lesquelles ils devaient écraser les démocrates mais qui n’ont gagné que de très peu, et par la victoire éclatante de Ron DeSantis en Floride. Car si ces dernières années Donald Trump était le patron incontestable des conservateurs, le gouverneur de Floride qui vient de se faire réélire triomphalement fait craindre un duel fratricide pour la présidentielle de 2024. Aujourd’hui, l’ancien président a refusé d’assumer la responsabilité des résultats du parti aux Midterms, qui se sont traduits par une faible majorité à la Chambre des représentants. Trump qui a été ovationné debout samedi à Las Vegas, lors d’un rassemblement du Parti républicain, a été critiqué par plusieurs dirigeants conservateurs, le responsabilisant pour les récents résultats décevants aux élections de mi-mandat. Lors de son premier discours depuis l’annonce mardi de sa candidature à la Maison-Blanche en 2024, Donald Trump, 76 ans, a loué son mandat et fait l’éloge de ses donateurs et de membres de la Coalition juive républicaine qui tient cette semaine sa réunion annuelle dans le Nevada. Il a déclaré que le Parti républicain était «beaucoup plus grand et plus puissant qu’il ne l’était avant mon arrivée». Il a une nouvelle fois remis en cause la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle en 2020. «L’élection a été truquée», a déclaré le milliardaire qui s’exprimait par vidéo, mais le public, qui l’avait chaleureusement accueilli, n’a pas réagi à ses propos. Sa participation a suscité des attentes car plusieurs de ses détracteurs qui l’avaient précédé avaient invité à tourner la page et à miser sur «un leadership fort». «J’ai une excellente politique pour le Parti républicain. Arrêtons de soutenir des candidats inéligibles fous dans nos primaires», a déclaré le gouverneur du New Hampshire, Chris Sununu, sans nommer Trump. L’ancien gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a été plus direct dans son discours et a insisté pour tenir Donald Trump responsable du résultat des élections de mi-mandat. «Donald Trump a choisi des candidats avec un critère, un seul. Il ne s’agissait pas de leur éligibilité, de leur expérience, de leur sagesse ou de leur charisme. Mais s’ils croyaient ou non que l’élection présidentielle de 2020 a été volée. Si vous croyez en cela, je vous soutiens, sinon, je vous rejette», a lancé l’ancien gouverneur, qui s’est adressé à la foule quelques heures avant l’ancien président. Pour sa part, le gouverneur du Maryland, Larry Hogan, a une nouvelle fois critiqué Donald Trump dans son discours vendredi. «Même les partisans les plus ardents de Trump disent qu’ils en ont assez !» Aux élections de mi-mandat, le Parti républicain avait promis une «vague rouge» qui éliminerait le Parti démocrate des deux chambres du Congrès à Washington. Cependant, les républicains n’ont obtenu qu’une faible majorité à la Chambre des représentants, après que plusieurs candidats soutenus par Donald Trump ont été vaincus. Cela a été également le cas au Sénat, resté aux mains des démocrates, et dans des postes de gouverneurs considérés comme cruciaux. La route vers la présidentielle de 2024 s’annonce ainsi déjà difficile pour Trump qui voit depuis le 8 novembre dernier et la victoire de DeSantis, de nombreux médias conservateurs présenter le gouverneur réélu de Floride comme le véritable chef de file des républicains, le seul à pouvoir réalistement remporter la Maison-Blanche dans deux ans. Et si Trump n’a pas hésité à ouvrir le feu sur le gouverneur floridien en le qualifiant de moyen, s’est bien lui qui fut l’un des premiers à le remarquer en 2017 et à attirer l’attention de gros donateurs qui ont par la suite misé sur le jeune républicain. Il reste deux ans à DeSantis pour consolider sa position parmi les conservateurs pour espérer affronter Trump lors des élections primaires qui s’annoncent déjà mouvementées, car l’ex-président, lui, se voit déjà à la Maison-Blanche en 2025 et n’est pas près de céder sa place.

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img