20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Exigeant des indemnisations après l’arrêt de leur activité le 22: Grève dès demain des transporteurs inter-wilayas

Réclamant la reprise des transports inter-wilayas (transport de voyageurs et taxis) et l’indemnisation des transporteurs affectés par la suspension de leur activité depuis mars dernier, l’Union nationale des transporteurs (UNT) a annoncé qu’elle entamera
une grève nationale ce 20 septembre.

Par Thinhinene Khouchi

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook à l’issue d’une rencontre de son bureau national tenue mardi dernier, l’Union nationale des transporteurs a indiqué que «ce débrayage a pour but de satisfaire un certain nombre de revendications, principalement l’indemnisation des transporteurs pour l’arrêt de leur activité du 22 mars dernier à ce jour». L’Union dit ne pas s’opposer aux décisions du Comité de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus recommandant à ce que les moyens de transport travaillent à 50 % de leurs capacités, mais elle exige en revanche à ce que les 50 % restants soient pris en charge. En outre, elle réclame la reprise des transports inter-wilayas (transport de voyageurs et taxis) et l’indemnisation des transporteurs affectés par la suspension de leur activité depuis mars dernier. Il est a noter que l’UNT avait déposé un préavis pour entamer une grève nationale le 2 septembre dernier, mais a finalement décidé de la reporter au 20 septembre. En effet, selon le président de l’Union nationale des transporteurs (UNT), Belal Mohamed, «après concertation, le bureau national de l’UNT avait décidé, le 1er septembre dernier, de surseoir à la date de mise à exécution de ‘’l’opération escargot’’ au 20 septembre» et ce, afin de donner à leur tutelle le temps nécessaire afin de concrétiser ses engagements. En outre, l’UNT avait décidé le report de sa grève «pour ne pas pénaliser les candidats qui devaient se rendre aux centres d’examen du Brevet de l’enseignement moyen (BEM) du 7 septembre dernier au 9 septembre et ceux du baccalauréat, le 13 septembre au 17 du même mois». l’UNT a, en outre, souligné que cette grève a été décidée «à l’unanimité par l’ensemble des bureaux de wilaya, après avoir constaté que le ministère des Transports tardait à prendre acte de la plateforme de revendications des transporteurs inter-wilayas». Depuis, et notamment avec l’entrée en vigueur du déconfinement progressif, ils ne cessent de monter au créneau pour faire connaître aux responsables de leur secteur d’activité ce qu’ils endurent pour cause d’inactivité. Mais ce qui les étonne le plus, c’est que des secteurs de services ont été autorisés à reprendre du service. Ce qui les a poussés à bout et, par voie de conséquence, à décider d’une grève. Cette action est considérée, selon eux, comme moyen de pression sur les pouvoirs publics pour arracher l’autorisation de reprendre leur activité. Il est à noter que ce mouvement est appuyé par d’autres organisations syndicales du secteur des Transports. En effet, le président de l’Organisation nationale des transporteurs algériens (Onta), Hocine Bouraba, a indiqué à un média national que «les transporteurs des voyageurs inter-wilayas doivent reprendre du service comme les autres secteurs, tels que les restaurants, cafés et plages». Et de s’interroger : «Pourquoi cette discrimination ?».

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img