16.9 C
Alger
vendredi 9 décembre 2022

Éthiopie: Rebelles et gouvernement se préparent aux pourparlers de paix

Les délégations des rebelles tigréens et du gouvernement éthiopien se préparaient, hier, aux pourparlers de paix organisés en Afrique du Sud pour trouver une solution pacifique à la guerre qui ravage depuis deux ans le nord de l’Éthiopie.

Par Rosa C.  

Une équipe de négociateurs tigréens est arrivée sur place dimanche soir, a annoncé sur Twitter un porte-parole des autorités de cette région dissidente, Kindeya Gebrehiwot, en rappelant les demandes rebelles de «cessation immédiate des hostilités, accès humanitaire sans entraves et retrait des forces érythréennes».
La délégation du gouvernement fédéral a pour sa part quitté Addis-Abeba dans la matinée, a annoncé le service de communication gouvernemental sur Twitter.
Ces discussions, qui se tiennent sous l’égide de l’Union africaine (UA), sont «une opportunité de résoudre pacifiquement le conflit et de consolider l’amélioration de la situation sur le terrain», a ajouté le gouvernement, qui affirme avoir «continué de reprendre le contrôle de centres urbains majeurs ces derniers jours», sans plus de détail.
Ces pourparlers sont très attendus par la communauté internationale qui ne cesse d’appeler à la fin des violences.
De précédentes discussions, convoquées début octobre en Afrique du Sud par l’UA, avaient fait long feu avant même de commencer, sur fond de problèmes d’organisation.
Les rebelles tigréens et l’armée fédérale – appuyée par les forces de régions éthiopiennes voisines et de l’armée de l’Érythrée, pays frontalier du Tigré – s’affrontent depuis novembre 2020 dans un conflit meurtrier qui a plongé le nord de l’Éthiopie dans une profonde crise humanitaire.Après cinq mois de trêve, les combats ont repris le 24 août. Les forces éthiopiennes et érythréennes se sont notamment emparées la semaine dernière de Shire, une des principales villes du Tigré.
La communauté internationale s’est alarmée de la récente intensification des combats. Le Conseil de sécurité de l’ONU et le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA ont tous deux tenu des réunions vendredi sur le sujet.
Les 15 membres du CPS ont salué dans un communiqué «les engagements mutuels à participer véritablement au processus de paix» et dit espérer des «résultats fructueux».
L’équipe de médiation comprend notamment le haut représentant de l’UA pour la Corne de l’Afrique, l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, et l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta.
Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a souligné que ces réunions «démontrent la grande préoccupation de la communauté internationale» et renouvelé les appels américains à une reprise de l’aide humanitaire et au retrait des troupes érythréennes.
Jeudi, le Premier ministre Abiy Ahmed a assuré que la guerre allait «se terminer et la paix l’emporter».
«Nous n’allons pas continuer à nous battre indéfiniment», a-t-il affirmé, sans toutefois évoquer les pourparlers prévus et alors que les forces progouvernementales ont récemment accentué leur offensive au Tigré.
La guerre a commencé en novembre 2020 quand Abiy Ahmed a envoyé l’armée dans la région spetentrionale du Tigré pour déloger les autorités régionales qui contestaient son autorité et qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires.
Le bilan exact de ce conflit, qui se déroule largement à huis clos, les journalistes n’ayant pas accès à la région, est inconnu.
L’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a affirmé vendredi que «l’ampleur des combats et des morts rivalise avec ce que nous voyons en Ukraine».
Selon elle, «en deux ans de conflit jusqu’à un demi-million de personnes sont mortes et les États-Unis sont profondément préoccupés par le potentiel de nouvelles atrocités de masse».
Le conflit a été jalonné d’accusations d’exactions et de massacres de civils commis par les deux camps.
Il a également déplacé plus de deux millions de personnes et plongé des centaines de milliers d’Ethiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l’ONU.
La reprise des combats ces derniers mois a interrompu
l’acheminement de nourriture et de médicaments dans cette région de six millions d’habitants, également privée de services essentiels comme l’électricité, le carburant et les télécommunications.

R. C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img