24.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Éthiopie: La guerre entre dans une phase d’incertitude

L’armée éthiopienne a affirmé cette semaine avoir repris le contrôle de territoires récemment tombés aux mains des rebelles tigréens, semblant consacrer la stratégie du Premier ministre, Abiy Ahmed, de rejoindre les soldats au front pour y conduire lui-même les combats.

Par Mourad M.
Pourtant, la façon dont le gouvernement a remporté ses victoires et ce qu’elles signifient concrètement dans la guerre qui dure depuis plus d’un an demeurent des sujets de débats, à un moment où le conflit entre dans une nouvelle phase incertaine.
ll y a tout juste un mois, les rebelles du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) menaçaient Addis-Abeba, après avoir pris le contrôle de Dessie et de Kombolcha, villes stratégiques situées sur une autoroute reliant la capitale au nord du pays et à Djibouti.
Les rebelles affirmaient avoir atteint Shewa Robit, à 220 km au nord-est d’Addis-Abeba.
Mais après qu’Abiy Ahmed a assuré la semaine dernière qu’il dirigerait désormais les opérations sur le terrain, le gouvernement a annoncé une série de victoires et les rebelles ont reconnu avoir modifié leur stratégie.
Les médias d’État lui ont emboîté le pas avec une couverture triomphaliste. «L’ennemi est détruit, désintégré», a déclaré jeudi l’Ethiopian Broadcasting Corporation, citant M. Abiy.
Il ne fait aucun doute que le gouvernement peut prétendre «avoir la main» dans des domaines spécifiques, a estimé Awet Weldemichael, un expert en sécurité de la Corne de l’Afrique à l’Université Queen’s au Canada.
«Seul le temps nous dira si cela peut se traduire par une supériorité dans la guerre», a-t-il ajouté.
Selon l’ONU, la guerre en Éthiopie a déjà fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d’autres personnes dans des conditions proches de la famine depuis que le conflit a éclaté en novembre 2020.
Le Premier ministre Abiy Ahmed avait alors envoyé des troupes dans la région du Tigré, la plus septentrionale, pour renverser le TPLF en réponse, selon lui, aux attaques des rebelles contre les camps de l’armée.
Les insurgés ont effectué un retour en force en reprenant la majeure partie du Tigré en juin, avant de rejoindre les régions voisines d’Amhara et d’Afar. Le conflit a pris un nouveau tournant il y a un mois, lorsque le TPLF a affirmé avoir capturé Dessie et Kombolcha.
La marche des rebelles vers Addis-Abeba a déclenché une panique internationale et une série d’ambassades ont exhorté leurs citoyens à quitter l’Éthiopie dès que possible.
«Je ne sais pas si nous devons parler d’avancée», a déclaré à l’AFP un responsable occidental à la mi-novembre.
«Il n’y a pas une énorme colonne de blindés se dirigeant sur Addis. C’est plus complexe que cela. Il y a des fantassins qui vont dans les montagnes, ils tirent et encerclent certaines zones mais ne semblent pas contrôler complètement les villes et villages», a-t-il détaillé.
Le TPLF n’a également jamais explicitement déclaré qu’il souhaitait entrer dans la capitale, refusant simplement d’exclure une telle décision.
Alors que les efforts diplomatiques semblaient marquer le pas, le gouvernement a d’abord revendiqué la reconquête de villes d’Afar, puis mercredi de celle de Lalibela, un site classé au patrimoine mondial par l’Unesco, qui était tombée aux mains du TPLF en août.
Vendredi, les médias officiels ont annoncé que les villes situées sur la route allant au nord vers Dessie et Kombolcha avaient été «libérées».
Ces nouvelles pourraient être le signe que les forces gouvernementales, ainsi que des milliers de nouvelles recrues qui se sont enrôlées ces derniers mois, sont plus combatives qu’il n’y paraissait.
«J’ai été assez surpris par la dernière contre-offensive du gouvernement», a reconnu Mehdi Labzae, un sociologue qui étudie les questions foncières et la mobilisation en Éthiopie.
«J’ai vu toutes les personnes qui ont été mobilisées (…) mais je pensais qu’elles n’étaient pas formées et qu’elles seraient rapidement détruites», a-t-il ajouté.
«Au combat, on sait qu’il y aura des ajustements et des replis limités ainsi que des avancées significatives», a déclaré le chef militaire du TPLF, Tadesse Worede, dans une interview diffusée vendredi.
«Pour réduire les problèmes et les vulnérabilités dans certaines zones que nous avions atteintes, nous avons décidé de quitter volontairement certains de ces endroits», a-t-il ajouté.
«Pourquoi les rebelles du TPLF feraient-ils demi-tour maintenant ?», s’est interrogé Mehdi Labzae. «Cela signifie qu’il y a quelque chose qui les inquiète ou quelque chose qui ne va pas bien pour eux».
Une possibilité, souligne Awet Weldemichael de l’Université Queen’s, est que la puissance aérienne supérieure du gouvernement a inversé la tendance sur le terrain, du moins pour l’instant.
«Les drones auraient joué un rôle décisif dans les combats actifs, dont nous ne savons pas encore toute l’étendue», estime-t-il.
M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img