12.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Epidémie de Covid-19 Un laisser-aller persistant à travers le pays

Les mesures d’hygiène et de distanciation physique sont rarement respectées depuis plusieurs semaines en Algérie. Pourtant le virus est loin d’être éradiqué et le risque demeure persistant. Les spécialistes ne cessent de tirer la sonnette d’alarme, alors que sur certaines pages des réseaux sociaux l’on fait croire, qu’à l’occasion du prochain mois de ramadhan, le confinement sanitaire sera complètement levé. C’est dire que le relâchement est tel que de nombreuses personnes jugent que l’épidémie est déjà derrière nous. Hier, dans une déclaration à un site électronique, le membre du Comité scientifique de suivi de l’épidémie de coronavirus, Pr Mohamed Belhocine, a indiqué : «Nous n’avons pas encore gagné la bataille contre le Covid-19, d’autant que des cas de variants très contagieux ont été enregistrés». Il a tenu à affirmer que la fermeture des frontières aériennes demeure nécessaire, surtout que des pays connaissent, ces derniers temps, un retour en force du virus. Pr Belhocine ne s’est toutefois pas exprimé sur l’autorisation ou non de l’accomplissement de la prière de Tarawih lors du prochain ramadhan, appelant cependant à rester confiants. Mais entre les recommandations des médecins et des spécialistes et les pratiques sur le terrain, il y a un énorme fossé. Depuis que les bilans quotidiens du nombre de contaminations et des décès ont connu un fléchissement, la majorité écrasante des citoyens n’estime plus utile de tenir compte des mesures, pourtant obligatoires, édictées par les autorités publiques. A Alger-Centre, à titre d’exemple, nombreuses sont les personnes qui circulent sans masque. Les attroupements sont fréquents et les règles de distanciation physique sont souvent ignorées. Bien que certains commerces et administrations tiennent au respect des mesures sanitaires, cela demeure l’exception. Dans les marchés, à l’entrée de certains locaux commerciaux à grande affluence, dans la plupart des cafés et restaurants, les gens ont tout bonnement oublié que le coronavirus est omniprésent et peut tuer. Mais le pire est dans les moyens de transport des voyageurs. Les transporteurs n’hésitent plus à faire le plein et n’exigent pas de leurs clients de porter un masque de protection, comme lors de la reprise de leur activité. Le relâchement est dû, pour certains, à une défaillance dans la sensibilisation quant au risque de résurgence du virus. Dans plusieurs pays, ayant bien maîtrisé la situation au début de l’épidémie, l’on assiste à un retour au confinement et à la saturation des structures de santé. A ce rythme, l’Algérie risque gros, à moins que des mesures fermes soient prises pour un retour aux bons réflexes.
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img