21.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Entretien avec Hakim Serraoui, gérant du complexe «Les jardins des Zibans»: «Nous rencontrons des difficultés au niveau de l’ANDI»

Le complexe touristique «Les jardins des Zibans», à Biskra, fait le plein de visiteurs pour la saison estivale. Un signe que les affaires reprennent après plusieurs saisons sinistrées. Dans cet entretien, Hakim Serraoui, gérant de cet immense complexe touristique, nous parle des nouveaux projets de sa famille, mais aussi de l’impact du Covid-19 sur l’activité touristique dans la région. Il évoque le profil des touristes qui se sont offerts un dépaysement total à Biskra, tout en évoquant les obstacles et contraintes auxquels fait face le Groupe Serraoui.

Entretien réalisé par Louisa Ait Ramdane
Le Jour d’Algérie : Comment s’annonce la saison estivale pour le complexe les Jardins des zibans ?
Hakim Serraoui : Je dirais plutôt prometteuse, vu l’intérêt que suscite le parc, surtout les jeux aquatiques. La région du Sud est restée très longtemps privée d’espace de loisirs et de détente. L’aquaparc qui a fait le bonheur de la population de la région et des régions avoisinantes, connaît une affluence des estivants depuis le début de la saison estivale. Avec les vacances scolaires qui s’approchent, le nombre de clients va augmenter. Je suis optimiste quant au succès de cette reprise après deux années d’arrêt total de toutes activités touristiques dans le Sud à cause du confinement imposé par la pandémie de coronavirus. Une fois de plus, nous ferons en sorte que nos visiteurs soient satisfaits de la qualité de service et qu’ils s’y sentent totalement en sécurité.

Comment expliquez-vous cet engouement ?
Ce sont les jeux aquatiques qui fascinent le plus les familles et surtout les jeunes. Des centaines de visiteurs se rendent quotidiennement sur ce site pour se détendre et profiter de moments agréables en famille ou entre amis. De nombreuses familles passent des journées entières dans ce parc durant l’été pour se rafraîchir. Depuis le début du mois de juin, cet aqua-parc a pu relever le défi d’attirer plus de visiteurs que prévu, de relancer le tourisme dans une région riche en endroits touristiques naturels mais qui manque de complexes et endroits pour accueillir les visiteurs. Les gens qui fréquentent le parc expriment leur satisfaction soit pour la qualité du service, soit pour les jeux proposés. Ce qui nous encourage à faire mieux encore. Mais en plus d’offrir une distraction aux parents et bambins, le parc aquatique générera directement 300 emplois.

Les étrangers représentent-ils un grand pourcentage de votre clientèle ?
En plus des Algériens qui nous viennent de plusieurs régions du pays : Touggourt, Oued Souf, Batna,… et bien sûr Biskra, on a reçu beaucoup
d’émigrés qui rentrent au pays durant les vacances pour voir la famille et en même temps découvrir et profiter de la nature et des endroits touristiques que recèle leur région.

Quels ont été les principaux obstacles que vous avez rencontrés lors de la concrétisation de votre projet ?
Le parcours du propriétaire, Ali Serraoui, n’a pas été facile. Il a été confronté à plusieurs difficultés essentiellement d’ordre bureaucratique qui sont à l’origine du retard de ses projets. Des contraintes qui persistent encore et retardent de nouveaux projets à lancer.
Actuellement encore, les projets du Groupe Serraoui rencontrent d’autres obstacles. Notamment des difficultés au niveau de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) qui tarde à donner son aval pour le lancement de nos projets.

La crise de l’eau que connaît le pays depuis quelques années, constitue-elle un obstacle pour vos projets ?
Dans la wilaya de Biskra le problème ne se pose plus. Les piscines et la rivière sont alimentées par des foggaras.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img