12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Enseignement supérieur/Lancement de rencontres : Cap sur la modernisation de l’université

Nombreux sont les défis auxquels fait face l’Université algérienne pour opérer un changement. Sa réforme et sa modernisation sont les priorités de l’heure pour le gouvernement qui tente de lui donner un nouveau souffle. Le plan du gouvernement est d’associer tous les acteurs à travers la constitution de comités de réflexion concernés dans la prise de décision. Pour cela, des rencontres sont programmées dans le but de moderniser l’université. En effet, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique annonce que l’équipe de travail chargée de la modernisation de l’université, notamment sur le plan pédagogique, a entamé, à travers des comités de réflexion, la tenue de rencontres regroupant les différents acteurs concernés par ce dossier. «Dans le cadre des réformes engagées par le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique visant à moderniser l’université, notamment sur le plan pédagogique, l’équipe de travail chargée de cette opération a entamé, à travers la constitution de comités de réflexion, la tenue de rencontres avec la corporation universitaire afin d’assurer une large adhésion de ces acteurs (enseignants, responsables, étudiants, partenaires sociaux, parents d’élèves et représentants des lycées), à partir du mardi 17 janvier jusqu’au mardi 31 du même mois», précise le communiqué du ministère. Au terme de ces rencontres, les premiers résultats de l’opération seront présentés concernant les projets relatifs à la réorganisation des domaines de formation, la création de pôles universitaires, la préparation du double diplôme, outre l’extension de la formation en licence à quatre années. Chaque rencontre avec les acteurs de la corporation universitaire sera sanctionnée par une synthèse de toutes les observations et les suggestions, conclut le communiqué.
Cela intervient dans une conjoncture où l’université, censée être un acteur majeur dans le développement du pays, se retrouve très souvent au banc des accusés pour n’avoir pas été à la hauteur de ses missions. C’est ainsi que des réformes pour un meilleur rendement et une meilleure gestion s’imposent. Le rôle de l’université est la formation, la recherche scientifique, la contribution au développement socio-économique ainsi que sa participation au développement universel de la science, tout en étant un acteur de l’innovation. Pour être à la hauteur des attentes économiques, plusieurs réformes sont programmées dans le plan du gouvernement.
En effet, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique œuvre à l’adaptation du système LMD aux développements enregistrés à travers sa mise en phase avec les spécialités demandées par le marché du travail. La réforme globale du système LMD prévoit de porter à 4 ans, comme c’était le cas dans le système classique, la durée de formation en licence au lieu de 3 ans. Aussi, le ministre avait annoncé récemment l’ouverture d’un débat autour du projet de création de la «double licence» dans certaines spécialités connexes, et ce, dans le but de s’adapter aux exigences du monde du travail. Il avait fait savoir que l’idée de création de la double licence «est actuellement à l’étude». Il s’agit d’un parcours permettant aux bacheliers de poursuivre deux cursus universitaires au cours de la même période pour obtenir deux diplômes qui appuient leur implication dans la vie socio-économique. Le ministre a également fait état de la «restructuration des domaines de formation et de leur réduction de 15 actuellement à cinq grands domaines qui permettent au nouveau bachelier de s’intégrer dans un premier temps à l’environnement universitaire et de se familiariser avec les spécialités de son domaine au cours de la première année universitaire, ce qui facilite le choix de la spécialité qui répond le mieux à ses aspirations».
Louisa A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img