15.9 C
Alger
vendredi 31 mars 2023

Enseignement supérieur: Huit plateformes pour numériser les universités

Le directeur général de la formation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Djamel Boukezzata, a révélé que le ministre a procédé, hier, au lancement de huit plateformes dans le cadre de la numérisation de l’université algérienne, dans le but de la pousser à renforcer son rôle dans le développement de l’économie nationale.

Par Meriem Benchaouia
S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale chaîne 1, le responsable a expliqué que la première plateforme sera consacrée au guide de référence pour créer une compatibilité entre formations et métiers ou formation et emploi, dans le but de donner plus de visibilité aux formations universitaires et de permettre aux bacheliers de voir tous les parcours proposés par les établissements d’enseignement supérieur et leurs horizons professionnels. Quant à la deuxième plateforme, elle est destinée à la gestion de projets innovants afin d’ouvrir un large champ pour que l’université soit une valeur ajoutée au développement national. S’agissant de la troisième plateforme, elle sera consacrée au cinéma de l’université dans le but de donner une dimension culturelle à l’université en plus de la dimension formative, qui est considérée comme une tâche fondamentale. Le même intervenant a fait savoir que cette plateforme permettra aux étudiants de visionner les œuvres cinématographiques les plus importantes qui relatent l’histoire de l’Algérie et les grandes étapes connues de la société algérienne. «La numérisation est aussi un pilier de l’administration moderne, et c’est la quatrième plateforme qui s’occupera de
l’évaluation des chercheurs permanents. La cinquième plateforme est une plateforme de candidature au poste de directeur des services universitaires, et une sixième plateforme de suivi du patrimoine du secteur en vue de sa gestion. Ensuite, deux dernières plateformes qui s’inscrivent dans le cadre des relations nationales et internationales, la plate-forme étudiant international dans le but d’attirer les étudiants étrangers et de les informer de tous les services éducatifs et autres fournis par l’université, puis la dernière plateforme est le réseau de communication à travers les anciens diplômés des institutions universitaires et des écoles supérieures», a-t-il poursuivi. Djamel Boukezzata a souligné les efforts inlassables déployés par le secteur dans le but de faire du système de formation et d’éducation un système flexible qui sort de sa coquille classique, ce qui a été confirmé par le décret exécutif 208-22 qui établit de nouveaux modèles de formation permettant au titulaire d’un baccalauréat à poursuivre ses études selon son cursus et selon ses capacités. Il a parlé des défis auxquels sont confrontés les efforts de numérisation du secteur, tels que l’accès à Internet et au numérique, le défi de développer une culture de la numérisation et celui d’accompagner les enseignants afin de les aider à développer leurs performances pédagogiques et à contrôler toutes ces technologies modernes appliquées dans le domaine de l’éducation, ainsi que la nécessité de développer les installations de base pour prendre en charge ces transformations. L’invité de la matinée a conclu en soulignant que l’université algérienne est aujourd’hui en mesure d’avancer vers la transformation d’une société de consommation, une société de la connaissance, ce qui est le véritable pari pour que le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. «Contribuer efficacement à la création d’une économie basée sur la connaissance et les services technologiques. Notre objectif est de donner cette dimension à l’université à travers ce système avec la coordination du ministère de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des micro-entreprises», a-t-il dit.
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img