19.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

En plus de la rareté de l’oxygène: Le Lovenox et des réactifs d’analyses en pénurie

En plus de la pénurie de l’oxygène à laquelle les malades du Covid-19 font face depuis le début de la troisième vague, une autre pénurie concerne actuellement le Lovenox.
Cette nouvelle vague de contaminations au Covid-19 a induit une forte hausse de la demande sur plusieurs médicaments, notamment ceux nécessaires au traitement de la pandémie, à l’instar du fluidifiant sanguin Lovenox et son générique Varenox, vital pour sauver des vies, devenu un produit rare dans les pharmacies. Ce n’est pas fini. Les réactifs pour effectuer l’analyse D-dimères pour les malades atteints du Covid sont également indisponibles. Même constat pour le complément alimentaire Fortimel, équivalent d’un repas, prescrit pour la perte d’appétit causé par le Covid. Le Syndicat national algérien des pharmaciens d’officines (Snapo) confirme cette pénurie et impute cette situation à «certaines attitudes qui mettent les pharmaciens d’officine dans la difficulté d’assumer nos responsabilités». Dans un entretien accordé au site électronique TSA, le président de Snapo, Messaoud Belambri, qui a dénoncé un «comportement irresponsable», a souligné qu’«il y a des gens qui stockent des médicaments et des concentrateurs d’oxygène chez eux, alors qu’ils ne sont pas malades et privent les vrais malades de leurs traitements». La solution pour Belambri réside d’abord dans le changement des mentalités et l’arrêt de l’automédication. «Il faut laisser les pharmaciens faire leur travail. C’est le pharmacien qui est responsable de détenir et de dispenser le médicament. Il faut arrêter l’automédication», a-t-il suggéré.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img