20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

En dépit d’une situation épidémiologique «rassurante»: Pour le Pr Mehyaoui, la réouverture des frontières n’est pas d’actualité

Malgré une situation épidémiologique «rassurante», le Comité scientifique de suivi de l’évolution de l’épidémie de coronavirus est catégorique concernant la réouverture des frontières et la reprise des vols. Ses membres appellent à la prudence et écartent cette éventualité dans le contexte actuel.

Par Louisa Ait Ramdane
Le Professeur Ryad Mehyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de l’épidémie de coronavirus, est revenu, hier, sur la situation épidémiologique en Algérie. «La situation épidémiologique en Algérie est rassurante», a-t-il indiqué. Et c’est justement pour cette raison qu’il est important de garder les frontières algériennes fermées depuis le début de le pandémie de coronavirus et éliminer la propagation du virus, surtout que les pays du voisinage connaissent une flambée du nombre de contaminations. «La réouverture des frontières n’est pas possible pour l’heure», a-t-il fait savoir. «Cette question n’est pas d’actualité», a-t-il précisé, avant d’ajouter qu’«on ne pouvait pas échapper à l’adoption d’un passeport sanitaire».
Cependant, malgré une situation épidémiologique rassurante, le Professeur Mehyaoui appelle à la prudence. «Il ne faut pas qu’il y ait un relâchement concernant les mesures préventives. Nous constatons qu’il y a un relâchement relatif», a-t-il expliqué dans une interview accordée à une chaîne privée.
Le Professeur Riad Mahyaoui a estimé le nombre de personnes ayant reçu le vaccin contre le coronavirus Covid-19 à environ 75 000 Algériens et souligné que 20 000 personnes sont inscrites sur la plateforme numérique pour recevoir le vaccin. Il a également précisé que les vaccins anti-Covid acquis par l’Algérie sont efficaces contre les nouvelles souches du virus, y compris les variants anglais et nigérian, détectés récemment dans le pays. Il a fait remarquer que les personnes infectées par des souches mutantes seront placées en isolement pendant 10 jours.
Pour rappel, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a annoncé, jeudi dernier, la détection en Algérie de sept nouveaux cas du variant britannique du Covid-19 et treize nouveaux cas du variant nigérian. Cependant, l’IPA se voulait rassurant. «Il n’y a pas lieu de s’inquiéter après la découverte des cas du variant britannique en Algérie. L’essentiel, c’est de détecter les variants pour voir la capacité de diffusion et s’il y a un impact sur la dynamique épidémique», a-t-il dit dans un entretien au site électronique TSA. Selon la même source, «depuis la découverte du premier cas, la situation reste stable. Mais il faut rester vigilant, surtout par rapport aux mesures barrières, parce que les variants peuvent aller très vite à n’importe quel moment». L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé trois variants du Covid-19 comme préoccupants : le britannique, le sud-africain et le brésilien.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img