28.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Émirats arabes unis: Attaque des rebelles yéménites en pleine visite du président israélien

Les Émirats arabes unis ont intercepté hier, pour la troisième fois ce mois-ci, un missile balistique lancé par les rebelles yéménites houthis, une attaque qui survient pendant la première visite du président israélien dans le pays du Golfe.

Par Mourad M.
«Les défenses anti-aériennes ont intercepté et détruit un missile balistique lancé par les terroristes houthis visant notre pays», a affirmé le ministère émirati de la Défense dans un communiqué. Les débris du missile sont tombés dans une zone non peuplée et aucune victime n’est à déplorer, selon les autorités. Le site d’où a été lancé le missile houthi, à al-Jawf dans le nord du Yémen, a été détruit, a précisé le ministère, qui a publié une vidéo de l’explosion dans laquelle on peut voir des panaches de fumée noire. Le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, a lui affirmé dans une déclaration télévisée qu’Abou Dhabi avait été visé par plusieurs missiles balistiques et Dubaï avec des drones. Cette attaque coïncide avec la première visite officielle du président israélien, Isaac Herzog, aux Émirats depuis que les deux pays ont normalisé leurs relations en 2020. Dans un communiqué, le cabinet du président israélien, qui s’est dit la veille «ravi de l’accueil émirati» pour cette «première visite d’un président israélien aux Émirats», a assuré qu’il «poursuivrait sa visite comme prévu». M. Herzog a été reçu dimanche par le prince héritier d’Abou Dhabi et dirigeant de facto du pays, Mohammed ben Zayed al-Nahyane. Il se trouvait hier à Dubaï – autre émirat de la fédération – où il a visité le site de l’Exposition universelle 2020 pour marquer la journée mettant à l’honneur le pavillon d’Israël. Le président doit ensuite rencontrer cheikh Mohammed ben Rached Al-Maktoum, souverain de Dubaï, Premier ministre et ministre de la Défense Des Émirats. Dimanche, M. Herzog a exprimé le soutien israélien aux «exigences de sécurité» des Émirats et condamné «toute atteinte à leur souveraineté par des groupes terroristes», dans une référence vraisemblable aux attaques des rebelles yéménites. L’attaque de hier est la troisième contre les Émirats depuis le début de janvier. Le 17, une attaque de drones et de missiles avait fait trois morts à Abou Dhabi, et le 24, deux tirs de missiles balistiques avaient été interceptés par les forces américaines basées dans la capitale émiratie. Les Émirats sont «totalement prêts à faire face à toute menace» et à prendre «toutes les mesures nécessaires pour protéger le pays», a réaffirmé hier le ministère émirati de la Défense. Les Houthis ont eux appelé de nouveau hier les «citoyens, résidents et compagnies étrangères aux Émirats à rester loin des infrastructures stratégiques car elles risquent d’être visées prochainement». Les Émirats font partie d’une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite qui soutient depuis 2015 le gouvernement du Yémen contre les Houthis soutenus par l’Iran. Le pays, qui accueille des troupes américaines et est l’un des plus gros acheteurs d’armes au monde, a retiré ses troupes du Yémen en 2019, mais reste un acteur influent dans le conflit. «Nous condamnons la dernière attaque de missile des Houthis contre Abou Dhabi», a tweeté hier le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price. «Alors que le président israélien se trouve aux Émirats pour établir des ponts et promouvoir la stabilité dans la région, les Houthis continuent de mener des attaques qui menacent les civils», a-t-il ajouté. Le conseiller présidentiel émirati, Anwar Gargash, a, de son côté, indiqué sur Twitter que les Émirats tenaient à leurs «objectifs et à leur vision stratégique pour contribuer à la construction d’une région stable et prospère». «La provocation ne fonctionnera pas», a-t-il affirmé. La multiplication des attaques des Houthis contre les Émirats, richissime pays du Golfe qui tient à sa réputation d’oasis de paix au Moyen-Orient, ouvre une nouvelle page dans la guerre du Yémen déclenchée en 2014. En plus de sept ans de guerre, tous les acteurs du conflit ont été accusés de «crimes de guerre» par des experts de l’ONU. Mise en cause pour de multiples «bavures», la coalition a reconnu des «erreurs», mais accuse les rebelles, soutenus par l’Iran, d’utiliser les civils comme boucliers humains. L’ONU tente depuis plusieurs années de mettre fin à ce conflit dévastateur qui a fait, selon elle, 377.000 morts et poussé une population de 30 millions d’habitants au bord de la famine au Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique.
 M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img