22.9 C
Alger
samedi 13 août 2022

Elevage camelin: Henni souligne l’importance de la filière dans le marché en viandes et lait

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed-Abdelhafid Henni, a mis l’accent, samedi à Alger, sur l’importance de la filière cameline au volet économique, notamment dans la diversification et l’approvisionnement du marché national en matière de viandes, de lait et ses dérivés, a indiqué un communiqué du ministère.

Par Hamid H.

Cette déclaration est intervenue dans le cadre d’une réunion avec les membres du Conseil interprofessionnel de la filière cameline, présidée par M. Henni et le président de la Commission de l’agriculture, de la pêche et de l’environnement à l’Assemblée populaire nationale (APN). Ont également été évoquées lors de la réunion les mesures à prendre pour l’accompagnement des éleveurs en vue d’améliorer la productivité.
La rencontre a été l’occasion de rappeler «le rôle important» de cet organisme professionnel en tant que «partenaire principal» dans le développement et la structuration de la filière cameline et la production des viandes et de lait. Le ministre a mis en exergue l’engagement des éleveurs à relancer cette filière, estimant qu’elle était «importante, notamment en termes de diversification et d’approvisionnement du marché national des viandes, de lait et de ses dérivés».
La réunion a permis de s’entretenir sur les mesures à prendre pour l’ouverture d’abattoirs mobiles en collaboration avec la Société algérienne des viandes rouges, selon la même source, qui ajoute que le ministre avait mis en avant l’importance de ces structures dans «la régulation du marché des viandes rouges et la valorisation du produit national au niveau local et à l’étranger».
Le responsable du secteur avait donné des «instructions fermes» à l’effet d’associer les professionnels au niveau local dans toutes les transactions ou les mesures relatives à l’élevage camelin, y compris «la préservation et la gestion des pâturages, le forage des puits en faveur des éleveurs et la numérisation de la filière pour recenser le cheptel».
Pour ce qui est de la protection sanitaire de cette filière, M. Henni a chargé le directeur de la santé animale d’octroyer, en urgence, «une autorisation provisoire» pour l’acquisition et la distribution des médicaments aux régions connues par l’élevage camelin. S’agissant de l’approvisionnement en matière d’orge et de son de blé, M. Henni a ordonné l’Office national des aliments du bétail (ONAB) de prendre en charge les aliments de bétail et d’ouvrir des points de vente au niveau des wilayas concernées, appelant les cadres du secteur et les éleveurs à «trouver des solutions radicales», à l’image des aliments concentrés comme alternatifs à l’orge et le son de blé.
Le ministre de l’Agriculture a également plaidé pour «des concertations effectives» avec les spécialistes de la filière cameline et les éleveurs dans les régions sahraouies, en sus de la tenue de journées d’études en collaboration avec les instituts et les centres de vulgarisation agricole et de la recherche scientifique, rappelant que l’élevage camelin contribue aussi à la création de postes d’emploi et d’une dynamique dans les régions d’élevage. A la fin, le ministre a appelé les responsables de son secteur et des instances sous sa tutelle à «enlever toutes les restrictions bureaucratiques qui se dressent devant le développement de cette activité».

H. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img