29.9 C
Alger
lundi 27 mai 2024

Elections locales : Un début au ralenti de la campagne électorale

La campagne électorale lancée jeudi dernier est loin de sa vitesse de croisière. Les trois premiers jours ont été plutôt timides autant sur le terrain que sur les réseaux sociaux. Hormis les activités des chefs de partis, les actions de proximité que devraient animer les autres candidats à travers les villages et cités du pays se font plutôt rares. Les conditions climatiques défavorables et les appréhensions liées à l’épidémie de coronavirus en sont pour quelque chose. Mais ce qui est également à signaler est le peu d’affiches dans les espaces réservés pour faire connaître les candidats. En attendant que les prétendants aux Assemblées communales et de wilaya n’investissent les espaces publics et aillent à la rencontre de la population, des leaders des partis politiques ont commencé à sillonner le territoire national. Hier, le président du mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, a plaidé depuis Laghouat pour la redynamisation du fonds du développement du Sud, «susceptible d’éviter les disparités de développement». S’exprimant lors d’un meeting populaire, il dira que «l’élu local devra être accordé de garanties financières pour répondre aux attentes de la population», ajoutant que «cela ne sera possible qu’à travers la mise en place d’une approche de développement national global et équitable». S’exprimant lors d’un rassemblement populaire à Tébessa, le SG du RND, Tayeb Zitouni, a appelé, vendredi après-midi, à «élargir les prérogatives des présidents des Assemblées populaires communales pour booster le développement local». Il a aussi ajouté que «les missions du président d’APC se résument actuellement à un certain nombre d’activités seulement, et il est de ce fait limité ne pouvant prendre des décisions sur le plan économique pour créer des zones d’activités et des zones industrielles en mesure d’offrir des opportunités d’emploi pour les jeunes et d’investir dans la main-d’œuvre qualifiée». Le SG du FLN, Abou Al-Fadhl Baâdji, a appelé, vendredi depuis Berriane (Ghardaïa), les citoyens à «octroyer leurs voix à ceux qui méritent la confiance». Dans la même journée et dans la wilaya de Laghouat, ce même chef de parti a affirmé que sa formation politique «œuvrait à obtenir la majorité des Assemblées communales et de wilaya à travers le pays, au regard du choix judicieux des candidats portés sur ses listes». Le SG du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaid, a plaidé, lors d’un meeting vendredi à Bouira, pour plus de prérogatives au profit des élus au niveau des APC en vue de leur permettre de mieux répondre aux préoccupations des citoyens. Alors que le SG du Front de la bonne gouvernance (FBG), Aïssa Belhadi, a affirmé, jeudi à Aïn Temouchent, que les élections locales sont «une étape importante» dans le parcours de la réforme institutionnelle. Pour sa part, le président par intérim du Mouvement El Islah, Faysal Boussedaria, lors d’une rencontre de proximité, a assuré, jeudi à Blida, que son parti s’attache à la réussite des élections locales du 27 novembre courant, considérées comme une pierre pour parachever l’édification de la nouvelle Algérie. La présidente du parti Tajamou Amal El Djazair (TAJ), Fatima-Zohra Zerouati, lors d’un meeting électoral jeudi dans la wilaya d’El-Menea, a condamné «fermement» l’acte odieux et criminel commis par «l’armée du Makhzen» contre trois innocents camionneurs algériens sur la route Ouargla-Nouakchott. De son côté, le SG du parti El-Karama, Mohamed Daoui, a affirmé, jeudi à Mansoura (Ghardaïa), que «les listes de sa formation politique s’engagent à répondre aux doléances effectives du citoyen et de leur trouver des solutions appropriées».
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img